Questionsjuridiques
Questions juridiques

Besoin d'une réponse, ou d’une information juridique ? Le réseau Documentissime est là pour vous aider !

Posez votre question en quelques clics pour obtenir une réponse gratuite de Professionnels du Droit (Avocats, Huissiers, Notaires...)

Posez une question juridique

Dossier à jour de la loi de finances pour 2021

Dossier de synthèse

Le bail commercial

Sommaire afficher

2. La protection du locataire commerçant

2. 2. Les priorités de réinstallation dans l'immeuble du locataire en cas de démolition par le bailleur pour reconstruire un local

En cas de reconstruction par le propriétaire ou son ayant droit d'un nouvel immeuble comprenant des locaux commerciaux, le locataire a un droit de priorité pour louer dans l'immeuble reconstruit.

Lorsque le bailleur souhaite construire ou reconstruire l'immeuble existant, il a le droit de refuser le renouvellement du bail à charge de payer au locataire évincé l'indemnité d'éviction.

Toutefois, le bailleur peut se soustraire au paiement de cette indemnité en offrant au locataire évincé un local correspondant à ses besoins et possibilités, situé à un emplacement équivalent.

En pratique, il est compliqué d'offrir au locataire un local équivalent ou situé dans le même quartier et présentant les mêmes caractéristiques que le précédent pour l'attraction de la clientèle.

Le cas échéant, le locataire perçoit une indemnité compensatrice de sa privation temporaire de jouissance et de la moins-value de son fonds. Il est en outre remboursé de ses frais normaux de déménagement et d'emménagement.

Le bailleur doit donc indemniser le locataire des dommages causés par le déménagement à savoir :

- Les frais de déménagement, de démontage et remontage de son matériel.

- La perte de chiffre d'affaires momentanée du fait du déménagement.

- La perte définitive d'une partie de la clientèle n'ayant pas suivi le commerçant dans son déménagement.

Il faudra faire évaluer les frais liés au déménagement par un expert, sachant que cette opération peut donner lieu en pratique à un contentieux nourri.

Lorsque l'immeuble est démoli par le propriétaire pour être reconstruit le locataire bénéficie d'une priorité de réinstallation dans les locaux, mais il doit notifier au bailleur son intention de se réinstaller.

Cependant, lorsque l'immeuble reconstruit, possède une superficie supérieure à celle de l'immeuble démoli par le bailleur, le droit de priorité est limité à des locaux possédant une superficie équivalente à celle des locaux précédemment occupés.

Lorsque l'immeuble reconstruit ne permet pas la réinstallation de tous les occupants, la préférence est accordée aux locataires titulaires des baux les plus anciens qui ont fait connaître leur intention d'occuper les lieux.

Le propriétaire peut également différer pendant une durée maximum de trois ans le renouvellement du bail, s'il se propose de surélever l'immeuble et si cette surélévation rend nécessaire l'éviction temporaire du locataire.

Celui-ci a droit, dans ce cas, à une indemnité égale au préjudice subi sans pouvoir excéder trois ans de loyer.

En cas de refus de renouvellement du bail commercial en fin de période le bailleur devra verser à son locataire une indemnité d'éviction.

Aucun locataire pouvant prétendre à une indemnité d'éviction ne peut être obligé de quitter les lieux avant d'avoir reçue l'indemnité.

Cette indemnité est fondamentale pour le locataire qui se voit refuser le renouvellement de son bail. En effet, le refus de renouvellement peut faire disparaitre purement et simplement le fonds de commerce. Celui-ci se trouve privé de sa clientèle, qui est l'élément prépondérant du fonds de commerce, et il n'est pas certain que celle-ci suive le commerçant dans un autre local commercial.

En cas d'éviction, les lieux doivent être remis au bailleur à l'expiration d'un délai de trois mois suivant la date du versement de l'indemnité d'éviction au locataire.

> Voir tous les dossiers sur le thème : Le commerçant

LES COMMENTAIRES
SEBASTIENLE 16/01/2018 À 17:40:33

Document très intelligible, accessible et dont le contenu est correcte.
Document satisfaisant.

CLAUDELE 03/02/2017 À 11:05:11

Cela correspond pleinement à mes attentes et répond à mes questions. Merci beaucoup.

JEROMELE 11/02/2014 À 14:40:18

simple , rapide et efficace merci

RAPHAËLLELE 28/03/2013 À 11:16:14

Complet

BF362LE 05/05/2012 À 09:54:12

bonjour,
je suis commerçante dans le même endroit depuis 1993, j'ai fait un bail d'entrée pour tout l'immeuble qui contient une partie commerciale et une partie habitation avec une seule entrée, par la suite nous avons fait un avenant au bail pour cinder les deux ,ce qui me donnait droit aux A.F. Le bail etait en tacite reconduction car ma propriétaire était agée et négligée cette partie administrative, mais voici que celle ci viens de décédée et les héritiers désire vendre l'immeuble,quelle sont mais droit? pourrais je rester sachant que je ne déclare que de très petits revenus dus à un faible C.A , et que l'immeuble et dans un très mauvais état ,Mais le loyer me convient,suis-je en droit de réclamer une indemnité d'éviction? ou rester en tant que locataire.
Merci pour votre réponse.
amicalement
BF362

POSESMARINE76LE 05/07/2011 À 15:07:39

Bonjour, je possède un magasin depuis le 14 Septembre 2011 et je m'aperçois que ce magasin n'est pas rentable, en arrangement avec le propriétaire, je résilie le bail. Il me demande de faire un courrier en recommandé, pouvez-vous me donner un type de lettre pour que je puisse lui envoyer avant fin juillet.
Cordialement,
Philippe

Faites découvrir nos services gratuits sur

Prévisualisation du document à télécharger

Modifié le 23/01/2015 à 11:16:06

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. En savoir plus - CGU
OK