Questionsjuridiques
Questions juridiques

Besoin d'une réponse, ou d’une information juridique ? Le réseau Documentissime est là pour vous aider !

Posez votre question en quelques clics pour obtenir une réponse gratuite de Professionnels du Droit (Avocats, Huissiers, Notaires...)

Posez une question juridique

Dossier à jour de la loi de finances pour 2020

Dossier de synthèse

L'avocat

Sommaire afficher

2. Le role de l'avocat

2. 2. Les obligations de l'avocat

La profession d'avocat est une profession réglementée organisée en ordre et soumise à des règles professionnelles et déontologiques strictes principalement régies par la loi du 31 décembre 1971 le décret du 27 novembre 1991 et le décret du 12 juillet 2005 modifiés.


Tout avocat, dès lors qu'il accède à la profession prête serment et fait partie d'un ordre, garant du respect de ces obligations. Il se soumet donc volontairement aux règles applicables à cette profession et peut être sanctionné s'il ne les respecte pas.


Le serment comporte l'engagement suivant : "Je jure comme Avocat d'exercer mes fonctions avec dignité, conscience, indépendance, probité et humanité".

L'avocat s'oblige à respecter un certain nombre de règles juridiques et éthiques tant dans sa pratique que dans ses relations professionnelles et extraprofessionnelles. Il s'agit des règles de déontologie.


En prêtant serment, l'avocat rappelle les principes de la déontologie auxquels il accepte de se soumettre, à savoir :


Le principe d'indépendance

L'avocat s'oblige à conseiller et défendre son client en toute indépendance, sans jamais prendre en compte un quelconque intérêt personnel ou une quelconque pression extérieure.


Le principe de loyauté

Ce principe est mis en œuvre par la règle du conflit d'intérêts : l'avocat ne peut jamais conseiller ou défendre deux parties dont les intérêts sont susceptibles de s'opposer.

L'avocat se soumet également au respect du principe du contradictoire, lequel l'oblige à observer les règles de procédure de façon loyale, en communiquant pièces et conclusions à ses adversaires dans les délais impartis.


Le principe de confidentialité
L'avocat est contraint au strict secret concernant toutes les informations qu'il est susceptible de connaître par le biais des relations avec son client. L'obligation de confidentialité s'applique tant aux données concernant son client qu'à toute information relative à un partenaire de son client, un débiteur ou encore toute autre personne impliquée dans un procès, un litige ou un accord dont il a connaissance dans le cadre de son activité. Le secret concerne les communications verbales ou écrites tant entre avocats, qu'entre l'avocat et le client et les informations dont il peut avoir connaissance au cours d'échanges avec l'adversaire. Les communications verbales ou par correspondance entre avocats sont, par nature, confidentielles, de telle sorte qu'aucune divulgation par le destinataire ne peut être effectuée et qu'aucune correspondance entre avocats ne peut être utilisée, y compris en justice.


Le corollaire de l'obligation de confidentialité est le secret professionnel, lequel interdit à l'avocat de dévoiler au tiers les confidences ou secrets qu'il a reçus de ses clients. Il est général, absolu et illimité dans le temps, s'applique dans toutes les matières du droit et dans tous ses domaines d'intervention (conseil, défense, …).

L'avocat doit donc, dans ses rapports avec son client, verbaux ou écrits, garder le secret le plus absolu sur ce qui a été évoqué. Le secret professionnel, à l'instar du secret de la confession, est général, absolu et d'ordre public, de sorte que nulle autorité ne peut contraindre un avocat à témoigner ou à donner des indications sur ce qui a été évoqué, à titre confidentiel, par un client. L'avocat doit, par conséquent, veiller à ce que la confidentialité des échanges soit assurée.


Comme toute obligation de confidentialité, l'avocat est responsable en cas de violation du secret par toute personne sous sa responsabilité. Il doit donc toujours s'assurer que ses partenaires professionnels (salariés, collaborateurs, stagiaires…) respectent, tout comme lui, cette obligation de confidentialité et le secret professionnel concernant les affaires de son client. A défaut, il peut être engagé une action en responsabilité contractuelle contre l'avocat, qui sera tenu d'indemniser le client.

Outre l'indemnisation du préjudice du client, la violation du secret professionnel est un délit pénal.

A noter : Les correspondances entre l'avocat et les autorités ordinales ne bénéficient pas du principe de confidentialité (Cass. 1re civ., 22 sept. 2011, n° 10-21.219).


Un devoir d'information de conseil et de diligence
Le rôle de l'avocat étant, entre autres, de conseiller et d'informer son client, il est soumis à une obligation de diligence qui lui impose la plus grande prudence lorsqu'il s'adresse à son client. L'avocat doit notamment informer son client sur les chances de succès de son affaire, les éventuelles voies de recours, l'état d'avancement et l'évolution de l'affaire et le montant prévisible de ses honoraires.

Il doit s'assurer de la mise à jour et de l'exactitude des informations qu'il délivre à son client, afin d'éviter toute action en responsabilité.

Interrogé sur le devoir de conseil de la profession d'avocat, le ministre de la Justice a estimé dans une réponse ministérielle du 1er février 2011 (JOAN Q. n°95413) que le non-respect par un avocat de ses obligations déontologiques et professionnelles est susceptible d'entraîner des sanctions disciplinaires allant de l'avertissement à la radiation en passant par l'interdiction temporaire d'exercer.

S'agissant de la responsabilité civile d'un avocat, le ministre a estimé que celle-ci pouvait effectivement se trouver "engagée en cas de manquement (de l'avocat) à ses obligations d'information ou de conseil envers son client".

Le Garde des sceaux rappelle à cette occasion que la profession d'avocat est une profession libérale et indépendante soumise aux principes de probité, de désintéressement financier, de modération, de compétence mais aussi de prudence.

Un devoir d'information, de conseil et de diligence s'impose donc à l'avocat qui doit notamment informer son client sur les chances de succès de son affaire, les éventuelles voies de recours et l'état d'avancement et l'évolution de l'affaire. Le client reste cependant libre de suivre ou non les conseils de son avocat et la décision d'engager ou non une action judiciaire pour la défense de ses intérêts lui appartient.

En conséquence, il apparaît que l'avocat qui conseille à son client un système de défense imprudent ou aberrant, manque à son obligation de conseil, de sorte que sa responsabilité civile peut être engagée par son client.

En cas de non-respect de ses obligations, l'avocat s'expose :

- A une action en responsabilité civile engagée par son client

- A une action en responsabilité pénale à l'initiative du client

- A une sanction disciplinaire décidée par le Bâtonnier de l'ordre dont il dépend (avertissement, suspension ou même radiation du barreau).

Le manquement aux principes essentiels peut donc conduire à la saisine du Conseil de l'Ordre siégeant en Conseil de discipline, lequel peut prononcer des peines disciplinaires s'échelonnant de l'admonestation jusqu'à la radiation du barreau et l'exclusion de la profession d'avocat.


Responsabilité professionnelle

L'avocat doit obligatoirement souscrire une assurance de responsabilité professionnelle dans le cadre de son activité, ce qui constitue une garantie importante pour le client. En cas de faute professionnelle de l'avocat, le client peut donc recevoir une indemnisation par le biais de cette assurance.

L'assurance en Responsabilité Civile Professionnelle couvre les fautes que l'avocat pourrait commettre dans l'exercice de ses fonctions et qui causeraient un préjudice ou une perte de chance à son client ou à un tiers (comme par exemple l'oubli d'une formalité, le dépassement d'un délai…)

Une seconde assurance est obligatoire pour assurer les fonds confiés à l'avocat et déposés sur les comptes CARPA.

La Cour de cassation dans un arrêt du 17 mars 2011 a notamment par exemple retenu la responsabilité de l'avocat des actes professionnels accomplis pour son compte par un collaborateur, soulignant cependant que cette responsabilité n'est pas exclusive de celle qui est encourue par ce dernier. De même, dans cette même décision, la haute juridiction a retenu la responsabilité de l'avocat membre d'une partnership dans le cas des partnerships constituées conformément aux lois et règlements en vigueur aux Etats-Unis d'Amérique voient leur personnalité morale reconnue en France.


> Voir tous les dossiers sur le thème : Les professionnels de la Justice

LES COMMENTAIRES
MARIE CHRISTINELE 20/02/2019 À 18:52:55

tres clair & explicite

CHARLESLE 23/08/2018 À 15:38:22

Bonjour,

Pouvez-vous m'aider à suivre mon dossier svp?

ELIELE 25/10/2016 À 06:05:01

Vos conseils avisés sont très utiles.
Merci encore...
Cordialement.

ANNIK06LE 18/11/2010 À 15:32:10

très documenté et facile à comprendre. Merci

LORÈNE - ADMINISTRATEURLE 16/03/2010 À 15:24:07

Bonjour,
cette fonction est actuellement en développement et sera mise en service sur Documentissime au cours des prochaines semaines.
L'annonce de ce service sur cette fiche était un peu prématurée, veuillez nous en excuser.
Cordialement

TROISENUNLE 16/03/2010 À 15:09:18

Notre site Documentissime vous propose un service gratuit de devis d'avocat. Vous pouvez accéder à ce service en cliquant sur « devis gratuit avocat » dans le menu du site Documentissimo et saisir vos informations dans le formulaire de demande de devis correspondant à votre situation.
Ou est cette possibilité ?
Merci

Faites découvrir nos services gratuits sur

Prévisualisation du document à télécharger

Modifié le 02/09/2014 à 14:17:10

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. En savoir plus - CGU
OK