Questionsjuridiques
Questions juridiques

Besoin d'une réponse, ou d’une information juridique ? Le réseau Documentissime est là pour vous aider !

Posez votre question en quelques clics pour obtenir une réponse gratuite de Professionnels du Droit (Avocats, Huissiers, Notaires...)

Posez une question juridique

Dossier de synthèse

Les régimes matrimoniaux

Sommaire afficher

1. Le régime légal de la communauté réduite aux acquêts : le mariage sans contrat

A défaut de contrat de mariage, les époux sont soumis automatiquement au régime légal de la communauté de biens réduite aux acquêts conformément à l'article 1394 al.3 du Code civil. Il n'y a donc aucune formalité préalable à effectuer.

Ce régime signifie que ce que chacun possède (ses biens propres) ou doit (ses dettes), avant le mariage, reste sa propriété personnelle, ainsi que les biens qu'il reçoit par donation ou succession pendant le mariage. Par contre, le produit du travail de chacun (le salaire par exemple) appartient à la communauté (c'est-à-dire au couple). La communauté se compose des acquêts, c'est à dire des biens acquis ensemble ou séparément avec de l'argent commun provenant notamment des salaires et des revenus.

Sont considérés comme des biens communs tous les biens créés ou acquis pendant le mariage. Par exemple : une voiture, un appartement, des Sicav, etc. Et cela même si le bien a été acheté et financé par un seul des conjoints.

Concernant les biens propres, on distingue plusieurs catégories :

  • Les biens que l'un ou l'autre des époux possédait avant le mariage.
  • Les biens reçus pendant le mariage par l'un ou l'autre des époux par héritage, testament ou donation. Le donateur ou le défunt pouvant toutefois prévoir une clause incluant le bien dans la communauté.
  • Les biens « personnels » : bijoux ou souvenirs de famille, dommages-intérêts, pensions alimentaires, pensions d'invalidité, etc.
  • Les biens qui remplacent des biens propres ou qui se rattachent à eux. Exemples les plus courants : une indemnité d'assurance qui indemnise la perte d'un bien propre, le prix de vente d'un bien propre et le nouveau bien acheté avec le produit de la vente, etc.

Ainsi, tous les biens acquis après le mariage, les dettes contractées par l'un ou l'autre des époux, constituent leur patrimoine commun. Cependant, il est important de remarquer que quand l'un des époux finance en partie l'achat sur des fonds propres, le bien sera réputé commun si la part de la communauté est majoritaire, mais celle-ci devra une « indemnité » à celui qui a apporté ce financement personnel. Mais le bien sera réputé propre si la part du financement personnel est prépondérante, et dans ce cas le « propriétaire » devra une indemnité à la communauté.

Il s'agit d'un régime dont le fonctionnement est assez simple. Les biens communs sont gérés par le couple, et le consentement de chacun est nécessaire pour les actes graves. Il s'agit des actes de disposition sur les immeubles (par exemple la vente d'une résidence), des baux ruraux et commerciaux ainsi que des donations de biens communs. Autrement dit, chacun des époux est seul responsable des dettes faites par lui, les dettes faites pour l'éducation des enfants ou l'entretien du ménage restant à la charge des deux époux. Chacun des époux a le pouvoir d'administrer seul les biens communs. Toutefois, un époux ne peut pas faire une donation portant sur un bien de la communauté, sans l'accord de son conjoint. De même, les époux ne peuvent pas, l'un sans l'autre, vendre, donner en usufruit ou en garantie des biens tels que : immeubles, fonds de commerce, exploitations...

Les gains et les salaires de chaque conjoint ne peuvent être saisis par le créancier de l'autre (sauf pour les dépenses d'entretien du ménage ou d'éducation des enfants). Cependant, si l'un des époux contracte des dettes, il engage en principe les biens de la communauté et en cas de non-remboursement, son créancier pourrait, après procédure judiciaire, se faire rembourser par la vente de ces biens. L'emprunt et le cautionnement n'engagent la communauté que s'ils ont été consentis par les deux époux.

Ce régime permet aux époux de constituer un patrimoine commun dont le conjoint survivant recueillera la moitié, au moment du décès.

Il semble bien adapté aux jeunes personnes qui se marient sans patrimoine important. Nul besoin de passer chez le notaire et de dépenser quelques centaines d'euros supplémentaires. Mais le régime de la communauté réduite aux acquêts trouve ses limites dés que se présente une situation familiale ou patrimoniale particulière. Il en est ainsi, notamment, lorsque les époux exercent une profession indépendante pouvant entraîner des risques financiers (c'est le cas d'un chef d'entreprise par exemple). Ou encore lorsqu'un conjoint achète des biens avec le produit de la vente d'un bien propre, ces biens restent sa propriété personnelle. Mais seulement à condition que le conjoint concerné précise bien l'origine des fonds, ce qui n'est pas toujours pratique. C'est pourquoi la famille d'un conjoint peut hésiter à lui faire des donations par crainte que ces biens entrent dans la communauté. Il faut alors se tourner vers un autre statut mieux adapté.

Par ailleurs, en cas de divorce, les comptes sont faciles à établir puisque tous les biens achetés pendant le mariage appartiennent pour moitié aux deux époux. Mais ces comptes ne reflètent pas toujours la réalité financière des apports de chacun. Ce qui peut être source de litiges difficiles à résoudre.

A savoir que les époux peuvent aussi opter pour ce régime matrimonial par un contrat de mariage. Ils pourront alors en aménager les effets grâce à certaines clauses. Ils pourront ainsi modifier la répartition des pouvoirs entre les époux sur les biens communs ou encore assurer au conjoint survivant certains avantages.

> Voir tous les dossiers sur le thème : La vie commune

LES COMMENTAIRES
ALAINLE 23/03/2018 À 16:34:09

C'est un bon document, satisfaisant.

OVALE 22/05/2017 À 11:19:30

bien

MAURREENLE 11/11/2016 À 09:11:06

J'aime beaucoup votre travail . Cela aide beaucoup les étudiants en droit

PAULINELE 05/03/2014 À 14:44:34

peut on acheter sans etre marié

GLADIALE 01/03/2013 À 18:12:46

Merci pour la synthèse

Faites découvrir nos services gratuits sur

Prévisualisation du document à télécharger

Modifié le 25/10/2011 à 16:50:35

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. En savoir plus - CGU
OK