Questionsjuridiques
Questions juridiques

Besoin d'une réponse, ou d’une information juridique ? Le réseau Documentissime est là pour vous aider !

Posez votre question en quelques clics pour obtenir une réponse gratuite de Professionnels du Droit (Avocats, Huissiers, Notaires...)

Posez une question juridique
Notez cet article

Une nouvelle initiative du CNB : Zoom sur le bilan juridique des particuliers

Publié par Documentissime le 21/12/2010 | Lu 7368 fois | 3 réactions

Le processus de modernisation de la profession d'avocat est en marche. Après l'adoption de « l'acte d'avocat », dont la force probante est comparable à l'acte authentique, le Conseil national des Barreaux (CNB) souhaite encore développer l'activité de la profession. Il a donc le souhait de lancer un nouveau service : le « Bilan juridique des particuliers ». L'avocat deviendrait alors le référent conseil unique du particulier, pour tous ses actes de la vie courante. En effet, selon une enquête menée par la « Tns Sofres », le particulier, consommateur effréné de « services juridiques », conclut souvent à l'aveugle les contrats de la vie courante.

Aussi, un check-up complet de ses engagements par un avocat se révèlerait être fort bénéfique au particulier pour prendre conscience de ses droits et obligations, et un moyen pour l’avocat d’élargir son domaine d’intervention.

L’Etude « bilan juridique du particulier »

Avant de lancer un projet, il est préférable de s’assurer que ce projet sera suivi par le consommateur.

Affubler d’une nouvelle casquette l’avocat n’a en effet aucun sens s’il n’y a pas d’attente du consommateur.

Aussi, l’Observatoire du Conseil National des Barreaux a sollicité la Tns Sofres pour réaliser une étude, dite étude « Bilan juridique du particulier », auprès d’un échantillon représentatif de la population.

La finalité de l’étude consistait à sonder les attentes du particulier consommateur, et de vérifier notamment s’il serait favorable à l’idée d’un « bilan juridique complet » sur les obligations et droits contractés tout au long de sa vie. Une sorte d’audit des engagements juridiques du particulier en somme.

L’étude a été menée auprès d’un échantillon national de 994 personnes majeures.

Cette étude a été présentée au cours de l’Assemblée générale du Conseil national des barreaux le 10 décembre 2010 dernier.

Utilité du bilan juridique du particulier

Selon l’étude menée par Tns Sofres, un bilan juridique complet du particulier s’avérerait fort utile, ce dernier ne semblant avoir aucune idée de la teneur de ses droits et obligations contractuels.

En effet, qui peut se targuer ne n’avoir jamais signé un contrat sans l’avoir au préalable lu dans son intégralité ?

D’autant qu’au cours de la vie courante, les occasions sont nombreuses : employeur, vendeur, banque, fournisseur d’accès internet, assureur, autant de cocontractants auprès de qui le particulier s’engage sans toujours connaitre la teneur de son contrat. Et bien souvent les contrats fournis sont illisibles et par gain de temps, seule la dernière page est lue et signée.


L’idée du Bilan juridique du Particulier

L’avocat proposerait alors un bilan juridique complet relatif à tous les contrats en cours passés par le consommateur.

Ce serait un formidable moyen pour ce dernier d’avoir une vision globale des droits et obligations qui en résultent.

Il pourrait ainsi se défaire des contrats obsolètes ou réactualiser les contrats ne satisfaisant plus ses objectifs actuels, et faire valoir ses droits de manière beaucoup plus efficace.

Par ailleurs, ce nouveau service proposé par l’avocat permettrait de prévenir et « d’éduquer » le consommateur, qui suite aux conseils de son avocat, serait certainement plus à même d’identifier les éventuels pièges lors de la conclusion de contrats par la suite.

Ce nouveau service, nommé « bilan juridique du particulier » de l’avocat, devrait se présenter ainsi:

  • L’avocat dressera un examen complet de la situation personnelle de son client consommateur.
  • Le client consommateur se verra remettre un bilan juridique écrit sur sa situation.
  • Certains points précis pourront être approfondis ultérieurement.
  • Le bilan écrit pourra être actualisé régulièrement ou suite à des événements particuliers.
  • A l’instar de tout service de l’Avocat, le prix du bilan sera communiqué à l’avance au client sous forme de devis.

Ces futurs consommateurs, ou « future shapers », dans le langage de Tns, devraient semblent-ils être nombreux, encore faut-il savoir quel prix ils seront prêts à payer pour bénéficier d’un tel service.

Au demeurant, certains ne voient pas cette initiative d’un très bon œil. En effet, ce nouveau service de l’avocat, proposé par le CBN, serait, pour certains, un subterfuge exercé par la profession pour empiéter sur la compétence du notaire, empiétement déjà amorcé par « l’acte d’avocat ».

Par exemple, certains notaires déplorent qu’à l’occasion de ce bilan juridique, l’avocat puisse se prononcer sur un acte immobilier, domaine normalement réservé au seul conseil du notaire.


Les derniers commentaires (3)
excellente initiative a écrit le 21/12/2010 à 17:15:56
Signaler un abus
Après la création de l'acte d'avocat, dont la force probante renforcée va permettre de concurrencer l'acte notarié, y comppris même, d'ici quelque temps, dans le domaine de l'immobilier par l'accès à la publicité foncière, le "Bilan juridique du particulier" est une excellente initiative qui devrait permettre à cette profession, réellement indépendante, de s'occuper enfin d'autre chose que des procédures.
Quant aux notaires, leur statut d'officier public et leur totale dépendance à l'égard de l'Etat n'est pas pas faite pour inspirer confiance (contrairement à l'idée qu'ils s'en font eux-mêmes et à leur publicité), à un moment où les citoyens deviennent très réticents à l'égard de leurs parlementaires et responsables politiques, dont la compétence et même l'honnêté sont chaque jour mises en cause.
Ces initiatives des avocats pour étendre leurs domaines d'intervention ne peuvent donc qu'être bénéfiques à l'ensemble des "consommateurs du droit", par la vraie concurrence qu'elles induisentdans ce marché en plein développement.
Et tant pis pour les notaires, arc-boutés sur leur monopole de l'immobilier et sur leur statut d'officier public, s'ils n'ont pas su s'adapter aux normes de l'activité économique contemporaine.
agitationvaine a écrit le 21/12/2010 à 19:15:58
Signaler un abus
L'initiative du CNB m'invite à penser que les avocats - et leurs représentants -croient, encore, au Père Noël : Ils devraient savoir, plutôt de focaliser sur leur nombril, que le consommateur du droit ne se laissera pas racketter par ce nouveau gadget dont il n'a que faire. Cette vénérable profession a un gros problème de recrutement. Le nivellement par le bas se poursuit à grande vitesse. Il serait temps que les dirigeants "responsables", s'ils existent, prennent en main le niveau des compétences pour l'accès et la formation continue plutôt que de proposer un emballage cadeau qui dissimule la médiocrité ambiante. Il est indéniable que le domaine de l'immobilier est remarquablement régulé par les notaires et leurs collaborateurs et le public a majoritairement confiance dans ces professionnels du droit, contrairement aux avocats réputés chers et de compétence à géométrie variable. L'oie blanche notariale ne se laissera pas plumer par le noir corbeau qui bat du vent, déformation professionnelle oblige.
et le prix ? a écrit le 29/12/2010 à 07:45:21
Signaler un abus
Ca existe deja chz mon notaire et c'est gratuit...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. En savoir plus - CGU
OK