Questionsjuridiques
Questions juridiques

Besoin d'une réponse, ou d’une information juridique ? Le réseau Documentissime est là pour vous aider !

Posez votre question en quelques clics pour obtenir une réponse gratuite de Professionnels du Droit (Avocats, Huissiers, Notaires...)

Posez une question juridique
Notez cet article

Legaliser le mariage gay: une question de societe.

Publié par Sabine HADDAD le 28/09/2012 - Dans le thème :

Vie familiale

| Lu 7456 fois |
9 réactions

Légaliser le mariage entre personnes du même sexe: le mariage Gay ou homosexuel engendre de nombreuses réactions.


Dans notre société où un mariage sur deux se termine en divorce, où force est de constater que la durée moyenne d'une union diminue d'année en année, le questionnement sur le sens même du mariage peut se poser et s'opposer.


Au-delà de l'engagement politique du candidat Hollande (argument 31) en sa faveur,contrairement à son prédécesseur,,en dehors de toute polémique politicienne, de l'argument électoraliste, nous présenterons les principaux arguments POUR ou CONTRE percutants visant une réelle conviction.


Un débat passionnel et polémique est ouvert sur la liberté de penser et d'être et sur la légitimité de l'amour homosexuel qui sera présenté en octobre en débat à l'assemblée nationale en parallèle à d'autres débats de société...


Question : Le mariage homosexuel n'est-il pas un choix libre personnel et de conscience qui ne regarde pas autrui et qui ressort du simple domaine administratif ?

Pourquoi pas un contrat d'union civile pour tous ?

Chacun se fera sa propre opinion en toute liberté...

Le mariage gay : question de comptabilité ou d'incompatibilité d'amour.

N'hésitez pas à critiquer ou commenter...

I- Quand la sacralisation du mariage gay, l’excès de liberté et la perte des repères sont dénoncés…

Trop de liberté ouvre à trop de « demandes incroyables » ou quand  la perte des repères ouvre un pavé dans la mare…

Rappelons les arguments sur le mariage gay

A) Le mariage est le lien qui unit un homme et une femme qui souhaitent  fonder une famille.

Le mariage est  une valeur fondamentale de la société qu’il faut protéger et préserver.

Le mariage unit  des couples hétérosexuels, depuis la nuit des temps, parce que Dieu l'a voulu, et écrit dans la bible…

L’église ravive une guerre idéologique autour de la notion de famille.

Le mariage est le lien qui unit un homme et une femme qui fondent une famille.

C’est une valeur fondamentale de la société qu’il faut protéger et préserver.

L’union vise la procréation… !

Le mariage gay serait contraire aux bonnes mœurs ?

L'argument consistant à amalgamer homosexualité et maladie n'est -il plus très loin ?

Pour Monseigneur XXIII le mariage,  est "une institution sociale pour assurer le mieux possible la bonne éducation des enfants ».

Or  le mariage la société reconnaît juridiquement l’union d’un homme et d’une femme car cette union est vitale pour assurer l’avenir.

Le mariage est un sacrement qui unit à Dieu

cet argument religieux est souvent mis en avant par les religions au sens large...

Le mariage est aussi un contrat qui a été mis en place il y a près de 10.000 ans, quand les sociétés humaines se sont construites autour de l’agriculture et de l’élevage.

B)  Si on touche à la définition universelle du mariage, il n'y a plus de raisons que l'on ne s'interroge pas ensuite sur de nouvelles demandes…

Si on accepte une demande émanant d'une minorité, d'autres minorité pourraient demander d'autres choses …

Pour Christine Boutin, présidente du Parti chrétien-démocrate, opposante,un  référendum serait bienvenu  pour l’intérêt,la paix sociale et civile .

Le respect du principe d’égalité ne risque-t-il pas d’ouvrir la porte à d’autres demandes de vie commune, d'accès à la procréation médicale assistée (PMA) ou à la gestation pour autrui ?

C) La rupture de société peut avoir des conséquences extravagantes :  inceste et/ou polygamie ?

100 commentaires pour un argument si choquant !

1°- l'idée d'une certaine décadence et destruction de la société au regard de la bible.

Pour l’église l’homosexualité est « une dépravation grave » (Catéchisme, § 2357).

Pour certains,l’épisode biblique des deux villes de Sodome et Gomorrhe  rappele que ces villes  ont été détruites par Dieu pour punir leurs habitants de leur homosexualité !

2°- Une rupture de société ?

Monseigneur le cardinal Barbarin, a manifesté son opposition au projet de loi sur le mariage homosexuel, qu’il qualifie comme une « rupture de société ».

Une telle loi ouvrirait la porte à la polygamie et l'inceste.

« Après, ça a des quantités de conséquences qui sont innombrables. Après, ils vont vouloir faire des couples à trois ou à quatre. Après, un jour peut-être, l’interdiction de l’inceste tombera »,

Le  mariage qui unit un homme et une femme « a un peu plus de force et de vérité qui traversera les cultures et les siècles que les décisions circonstancielles ou passagères d’un Parlement. »

Cette "rupture de société", pourrait avoir "quantités de conséquences " "Après, ils vont vouloir faire  des couples à trois ou à quatre.

Après, un jour peut-être, l'interdiction de l'inceste tombera. Il y aura des demandes incroyables, qui commencent à se faire jour !"

Sans ou cent commentaire(s) !!! juste choquant pour votre humble serviteur

Rappelons que jusqu'à présent, les catholiques intégristes du mouvement civitas avaient établi un lien entre l'ouverture du mariage aux homosexuels et la polygamie !

D)  Des conséquences lourdes pour la société: L'enfant a besoin d'altérité...

1°- La  destruction de la cellule familiale

Cette cellule sur laquelle repose en grande partie le pacte social des sociétés durables serait en cause.

2°-des enfants qui souffriraient de moqueries voire de discriminations à l’école et dans la société

3°- une adoption, qui n'irait pas dans le sens de l’intérêt de l’enfant

L'enfant doit être élevé par un père et une mère pour sa construction psychologique ,puisque son intérêt suppose un père et une mère !

4°- Si on accepte une demande émanant d'une minorité, d'autres minorité pourraient demander d'autres choses …

voire I-B)

E)  Le Pacs n’est-il pas suffisant ?

Depuis 1999, le Pacte civil de solidarité (Pacs) est un  contrat à mi-chemin entre le mariage et le concubinage.

Le legislateur a voulu marquer une différence dans la protection successorale et dans l’adoption, justement parce que l’égalité n’exclut pas la différence...

Avoir deux parents du même sexe reste choquant pour la plupart.

II-Quand le mariage gay prône des  valeurs de liberté, d'égalité et d'évolution des mœurs

Outre l’argument politicien, électoraliste, nous présenterons les arguments percutants visant une réelle conviction.

A) Liberté , Egalité, Fraternité : un mariage pour tous.

1°- Le législateur ne peut remettre en cause la liberté individuelle en se préoccupant de sexualité homosexuelle ou hétérosexuelle.

Il ne lui appartient pas de juger la politique des sentiments au même titre que le maire.

2°) L’orientation sexuelle, ne doit pas être un sujet de discrimination…

Il s’agit de donner à tous, sans discrimination, des droits qui existent déjà.

L’article 144 du code civil doit être modifié pour ouvrir le  mariage aux personnes de sexe différent comme aux personnes de même sexe.

On ne doit plus parler d'«homme» et de « femme».

3°- La constitution garantit des droits égalitaires et des libertés individuelles.

Elle renvoie à la Déclaration des Droits de l'homme et du citoyen, adoptée le 14 juillet 1789.

Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. (article 1)

Le principe d’égalité de traitement, est protégé par l’article 1 de notre  Constitution.

Donc à situations identiques, doit correspondre un traitement juridique égal.

B) C'est un moyen de faire reculer les préjugés et mettre un terme aux discriminations et aux violences sur la base de l’orientation sexuelle 

C)  Le mariage, propose un cadre protecteur au couple afin de l’aider à se stabiliser et protéger l’enfant né ou à naître

Le mariage ouvert à tous permettrait de disposer des mêmes droits et devoirs pour TOUS.

Dans le mariage, il y a un devoir de fidélité et d’assistance, une solidarité face aux dettes, un régime légal communautaire, des droits protecteurs pour le conjoint survivant (ex sur le  domicile conjugal, une réserve héréditaire en l’absence d’enfants, une pension alimentaire dans le divorce et une prestation compensatoire pour l'indemniser ensuite en perte en qualité de vie,, une possible demande de contribution aux charges du mariage, une pension de réversion…etc )

De même dans le mariage une présomption de paternité est instituée, alors que le pacs oblige à établir la filiation par un acte de reconnaissance de paternité.

Enfin le régime de l’adoption est ouvert aux couples mariés. L’homoparentalité serait donc régularisée et limitée.

De la même façon la possibilité de porter le nom d'usage du conjoint deviendrait légale. Idem pour les enfants adoptés.

Or le pacs ne pallie pas à tous ces inconvénients,quant au concubinage, il ne donne pas de droits protecteurs.

Certes la convention peut envisager une contribution aux charges du pacs, une solidarité jouera pour les dettes courantes...or pas de protection en cas de décès et pas d'adoption, même si la dissolution du pacs est plus aisée...

D) La  France est à la traîne face à ses voisins .

1°-Les modes de vie et les mentalités ont changé au sein de l'UEE et en dehors

En avril 2001,les  Pays-Bas ont admis le principe  permettant aux couples homosexuels mariés aussi d’adopter, d’avoir accès à la procréation médicale assistée et à la gestation pour autrui, si la mère porteuse n’est pas rémunérée.

en juin 2003, la Belgique  avec droit  d’adopter et procréation médicalement assistée sous critère de rémunération.

En juillet 2005,l’Espagne a légalisé le mariage homosexuel avec droit à l’adoption ouvert aux couples gays, mariés ou non

En 2005, le canada, dont les conditions du mariage sont réglées par les provinces.

En novembre 2006, l’Afrique du Sud.

En Mai 2009 la Suède ( premier pays à avoir inscrit dans sa constitution l’interdiction de refus du mariage religieux aux homosexuels. )en  janvier 2009 la Norvège

En 2010 le Portugal : la constitution portugaise interdit  explicitement la discrimination sur la base de l’orientation sexuelle. Une loi de juin 2010 ne permet toutefois pas l’adoption. L'Islande

Depuis mars 2010 le Mexique : les unions gays ne sont célébrées qu’à Mexico

En juin 2010 l’Islande ,en juillet 2010 l’Argentine; premier pays d’Amérique latine à aller dans ce sens.

En Juin 2012 le Danemark a autorisé le mariage homosexuel à l'Église luthérienne d'État.

Aux Etats-Unis, chaque Etat est libre de légaliser, ou non, ces unions.

Divers États américains sur 50 autorisent le mariage homosexuel : l'Iowa, le Connecticut, le Massachusetts, le New Hampshire, le Vermont , en 2011  l’État de New York et la ville de Washington, le Maryland en février 2012

Divers  opposants au mariage gay en Californie attendent que la Cour Suprême confirme son anticonstitutionnalité.

2°-Les unions civiles sont autorisées

au Danemark, pionnier en 1989,en France avec le PACS en 1999, en Allemagne en 2001, en Finlande en 2002, en Nouvelle-Zélande en 2004,  au  Royaume-Uni en 2005, en République tchèque en 2006,  en Suisse en 2007,en Irlande, Slovénie, en Uruguay, en Colombie, De même pour ertains États mexicains et brésiliens.

E) En vertu de quel dogme ce mariage est-il refusé  et Pourquoi l'Eglise s'en mêle-t-elle  ?

L'archaïsme des idées et des moeurs, est posé une nouvelle fois. C'est un débat d'idée...un débat de société.

F) le mariage est un contrat librement consenti.

Il est consensuel entre deux personnes et les tiers n'ont rien à y voir.

En conclusions d’aucuns préconisent une  clause de conscience, comme pour « le médecin ou l’avocat  si bien que certains maires pourraient refuser de marier. C'est inacceptable.

Quelle est cette immixtion politique dans la vie des couples et cette discrimination ?

Demeurant à votre entière disposition pour toutes précisions en cliquant sur http://www.conseil-juridique.net/sabine-haddad/avocat-1372.htm

Sabine HADDAD

Avocate au barreau de Paris


Les derniers commentaires (9)
Bertos a écrit le 28/09/2012 à 14:56:31
Signaler un abus
Je ne comprends pas pourquoi vous parlez autant de l'Eglise catholique (et pas des autres religions qui ont également une opinion sur la question) dans votre argumentaire. On ne répond pas à une question (en l'occurence, celle posée par certains évêques) en attaquant celui qui la pose sur son statut ou son rôle. L'Eglise, qui représente les chrétiens a le droit de poser la question sans qu'on lui jette à la face qu'elle n'a pas le droit à la parole puisque c'est l'Eglise. A vrai dire on a l'impression que vous n'avez pas d'autres arguments à lui opposer : eglise = archaique => ce qu'elle dit n'a aucune valeur ?... Un peu facile et simpliste, voire faible comme réponse.
nb : "la France est à la traîne" : vous avez raison, si les autres le font, ne réfléchissons pas, faisons le, soyons des moutons de parnuge, là encore c'est une argument vraiment faible.
blue a écrit le 28/09/2012 à 15:17:06
Signaler un abus
"Avoir deux parents du même sexe reste choquant pour la plupart" : au-delà du fait d'être choqué ou pas, il y a la nature :
un enfant est le fruit d'un ovule et d'un spermatozoïde, nul ne peut contredire cette vérité physiologique.
le mariage pour des personnes de même sexe est un non-sens, tout simplement.
ce n'est pas discutable.
que des personnes homosexuelles s'aiment, veuillent vivre ensemble, d'accord, cela est la liberté fondamentale de toute personne.
refuser le mariage pour des gens de même sexe n'est pas discriminatoire : c'est poser une vérité anthropologique.
quand je m'oppose au mariage des personnes de même sexes, je respecte toute personne en reconnaissant en chacun une identité unique, femme ou homme, et ce quelles que soient les blessures personnelles, les orientations sexuelles, les désirs.
c'est aussi respecter et aimer chaque être humain que d'affirmer une vérité évidente pour tous : un enfant nait d'un père et d'une mère.
Et nul adulte responsable ne devrait pouvoir en conscience affirmer qu'un enfant peut avoir 2 pères ou 2 mères;
toucher à la filiation de cette manière-là est grave pour tous, surtout pour les plus petits, les enfants...
merci.
RH31 a écrit le 28/09/2012 à 20:44:15
Signaler un abus
Oui, ce site est un bon embryon de débat, sur des bases impartiales, si non juridiques.
Dans la rubrique "pour", les arguments semblent être le fait de l'auteur. Dans la rubrique "contre", seuls les paroles (succintes) des opposants sont citées. Pour ce qui est de l'inceste, comme on ne parle pas d'inceste sur mineur, mais d'inceste tout court, il n'est pas exclu qu'un des parents homosexuels tombe amoureux de son enfant adopté, lorsqu'il sera devenu adulte. Est ce que ce sera choquant? Est ce que l'inceste devra faire l'objet d'une nouvelle définition? L'auteur, juriste, pourrait nous éclairer.
Anglet a écrit le 29/09/2012 à 10:31:40
Signaler un abus
Mais c'est grave de parler d'inceste en parlant des couples homosexuels, RH31 j'espère que vous plaisantez quand vous parlez de l'éventualité qu'un "des parents homosexuels tombe amoureux de son enfant adopté". Je ne savais pas que la quastion de l'adoption par des parents homosexuels allait donner une nouvelle définition de l'inceste. De toute façon l'inceste concerne aussi les majeurs mais n'est juste pas pénalisé, puisque personne majeure = consentante (pour la Loi).
Bref, pour en revenir au sujet, je trouve que les arguments POUR et CONTRE sont clairs et bien trouvés, cependant il est vrai que les arguments CONTRE sont très souvent liés à l'Eglise catholique ou à certains propos d'associations.
Je suis d'accord sur le fait que l'Eglise catholique (mais aussi des autres religions) n'est pas son mot à dire sur le caractère CIVIL du mariage quand il faudra parler du mariage religieux là d'accord (étant moi même catholique je suis parfaitement d'accord pour que le mariage catholique ne soit pas autorisé aux homosexuels).
N'ayant pas tout suivi dans cette affaire, je voulais savoir si la Loi votée concernera exclusivement le mariage homosexuel ou également l'adoption et la procréation médicalement assistée? Peut-être ne le sait-on pas encore. Car si à mon sens, le mariage homosexuel ne fait pas trop débat, la question de société qui, elle, devrait amener à un référendum c'est l'adoption et la PMA pour les homosexuels.
emmanuel a écrit le 29/09/2012 à 11:58:57
Signaler un abus
Bonjour, les gens semblent ignorer que dans le mariage civil, les époux se doivent respect et fidélité (art 212 du code civil). La fidélité n'est donc pas une valeur purement religieuse. Le mariage a également, dans le langage commun, un certain sens. Si les gens veulent vivre dans la liberté absolue, ils ne se marient pas. S'ils veulent régir les droits entre eux de manière civile (comme un contrat), sans carcan social, il y a le PACS. Donner le droit aux homosexuels de se marier, ce n'est pas leur reconnaître un droit : c'est priver les couples hétérosexuels pour qui le mariage a un sens (religieux ou non !) de leur droit à un mariage qui a un sens. Si certains homosexuels veulent "préempter" le mot mariage, c'est pour deux raisons : pour adopter des enfants, ce qui est un peu triste pour l'enfant, selon moi, et pour priver la société des repères dont elle a tant besoin. On parle tellement du besoin de la société d'avoir des repères que ce mariage homosexuel va à contre-sens : c'est donc une régression sociale, pas un progrès !
will a écrit le 29/09/2012 à 14:31:07
Signaler un abus
Soit nous somme dans une société démocratique et fidèle aux droits de l homme et donc nous devons impérativement autoriser le mariage homosexuel pour rétablir une égalité bafouée, soit les droits de l homme sont moins important dans notre pays que les religions qui sans aucune preuve sérieuse se croient permis de juger tout et n importe quoi à tort et à travers et dans ce cas il faut imposer le mariage a religieux à tout les couples hétérosexuels qui veulent se marier et interdir le divorce définitivement car les voeux sont prononcés jusqu'à ce que la mort vous sépare. Il faudra aussi dans ce cas punir légalement l infidélité par une amende ou une peine de prison. Si on n interdit le mariage aux gay car cela dénature le mariage alors les hétéros n auraient peut être pas du le dénaturer les premiers. Quand on veut garder son privilège il faut d abord le mérité
marg a écrit le 29/09/2012 à 23:23:13
Signaler un abus
Absolument d'accord avec Will ! Les commentaires que je peux lire sur ce site me laisse sans voix, ça fait peur ! Je comprend que l'on puisse se poser plus de questions à propos de l'adoption/PMA , mais pas quant au mariage gay ! Bien sûr qu'il faut le rendre légal, car il est dans nos principes de devoir égalité à tous, y compris aux homosexuels. Et comme l'a très bien dit Will, le mariage aujourd'hui, quelles valeurs lui reste - il ? Avec tous les divorces, les adultères qu'il peut y avoir, comment ose-t'on dire que cela pourrait dénaturer le mariage ? Il n'a même plus de valeurs de nos jours !
A tous ceux qui ont écrit précédemment, vos propos sont navrant... on comprend pourquoi tant de votes sarkozistes (voire pire!) en France...
RH31 a écrit le 01/10/2012 à 11:25:56
Signaler un abus
Décidément, je trouve que ce site a initié un micro-débat très intéressant, merci à Sabine HADDAD. Le mariage homosexuel n'est encore qu'une étape (une "bataille" des gays dans leur "guerre"). Leur but à terme est bien sur l'adoption. Et là, quelle confusion cela va créer dans l'esprit des enfants. Dans les cours de récréation, je vois d'ici les présentations: "moi j'ai deux mamans", "ah bah moi, j'ai deux papas", "oh toi t'as un papa et une maman, que t'es ringard". Je suppose que les maîtresses auront un rôle de "gendarme du politiquement correct" et étoufferont les interrogations de ces enfants. On sait bien que les enfants sont francs et durs dans leur expression entre eux. C'est normal, c'est pour se construire. Et bien ça va être très dur de se construire.
BARD75 a écrit le 03/10/2012 à 09:40:06
Signaler un abus
Détournement du débat, la question porte sur ce qu'est le mariage. L'état psychiques des homosexuels est une autre question.
L'état (le juris), est-il en droit de légiférer sur ce domaine au nom de quoi ? si oui alors un autre gourvernement est en droit de déferre. Mais, le mariage n'est-il pas une spécificité une souveraineté non délégué à la puissance public ? Ensuite, d'où vient ce théme, ce combat violent contre les institutions fondatrices des nations ? Au nom de l'égalité, alors la polygamie a beaucoup plus de raison d'être défendus, historiquement, et bon nombre de pays aujourd'hui l'applique, de plus à une réalité plus importante sur nos territoires, et surtout ethiquement le réferentiel est bien moins destructurant dans le lien générationnel

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. En savoir plus - CGU
OK