Questionsjuridiques
Questions juridiques

Besoin d'une réponse, ou d’une information juridique ? Le réseau Documentissime est là pour vous aider !

Posez votre question en quelques clics pour obtenir une réponse gratuite de Professionnels du Droit (Avocats, Huissiers, Notaires...)

Posez une question juridique
Notez cet article

Soins de proximité : Plus de médecins, moins de chirurgiens

Publié par Documentissime le 07/07/2010 | Lu 5679 fois | 0 réaction

Alors que Nicolas Sarkozy annonçait hier qu'il compte mettre en place un plan pour lutter contre la désertification des zones rurales par les médecins, on ne peut s'empêcher de faire le parallèle avec la menace de fermeture des services de chirurgie pratiquant moins de 1 500 opérations par an. En effet, la fermeture des petits services de chirurgie ne serait-elle pas aussi dramatique pour les habitants des zones rurales que leur désertification par les médecins ?

Repeupler de médecins les zones rurales

Nicolas Sarkozy a annoncé hier, après avoir visité l’hôpital local de Brie-Comte-Robert, qu’il a l’intention de mettre en place un plan pour faire revenir les médecins de proximité dans les zones qu’ils ont été désertées. Cette repopulation permettrait en effet d’assurer la permanence des soins offerts à la population, ce qui n’est plus le cas à l’heure actuelle.

André Desoeur, Président du conseil de l’ordre des médecins du département, s’inquiète du peu de médecins présents sur son département. Il explique qu’il n’y a que 223 médecins pour 100 000 habitants, alors qu’en Ile-de-France, il y en a 373 pour le même nombre d’habitants.

Une aide-soignante de la maison de retraite Javouhey a par ailleurs soulevé l’insuffisance d’infirmières : «  On manque de postes. On a deux infirmières pour 185 résidents le jour ! ».

Nicolas Sarkozy a annoncé que, dès 2012, une bourse sera mise en place pour payer les études en médecine des étudiants, en contrepartie de quoi ils devront s’engager à s’installer dans l’un des départements qui a été déserté par les médecins de proximité.

L’an dernier, le conseil général du département (majoritairement de gauche) a mis en place une bourse de fin d’études de 1 000 euros en faveur des étudiants en médecine qui s’engagent à débuter et à exercer au moins cinq ans en Seine-et-Marne. Une dizaine de signataires seulement ont été attiré par cette aide.

 

Fermer les petits services de chirurgie ?

Parallèlement à ces déclarations du Président Nicolas Sarkozy, le Ministère de la Santé annonçait dimanche sa volonté de fermer les services hospitaliers de chirurgie qui ont réalisé moins de 1 500 opérations ces trois dernières années.

Les services de chirurgie ayant pratiqué entre 1 050 et 1 500 par an disposeraient, quant à eux, de trois ans de « sursis » pour améliorer leur activité ou s’associer avec un autre établissement.

L’objectif annoncé de cette mesure serait de « garantir la sécurité des soins ». Mais cette information a suscité indignation et inquiétudes parmi les défenseurs des hôpitaux de proximité.

Les syndicats dénoncent ce critère du chiffre. Pour Nathalie Canieux, secrétaire générale de la fédération santé sociaux à la CFDT, le critère du chiffre est en effet « un critère arbitraire qui ne dit pas grand chose de l’offre réelle de soin sur le territoire concerné ».


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. En savoir plus - CGU
OK