Questionsjuridiques
Questions juridiques

Besoin d'une réponse, ou d’une information juridique ? Le réseau Documentissime est là pour vous aider !

Posez votre question en quelques clics pour obtenir une réponse gratuite de Professionnels du Droit (Avocats, Huissiers, Notaires...)

Posez une question juridique
Notez cet article

« On m'a obligé à désigner Florence Cassez » : Le témoin majeur revient sur ses déclarations

Publié par Documentissime le 03/06/2010 | Lu 5399 fois | 0 réaction

Arrêtée en décembre 2005 par la police mexicaine, Florence Cassez purge actuellement une peine de prison pour enlèvement à Mexico. Condamnée à 60 années de prison, elle avait l'objet d'une arrestation très médiatisée et reconnue aujourd'hui comme une véritable mise en scène. Malgré cette décision de justice, Florence Cassez n'a jamais cessé de clamer son innocence et revendique son transfert dans une prison française. Aujourd'hui, un témoin vient de remettre en question ses déclarations et affirme avoir menti sous la torture. Un nouveau pas vers la libération de Florence Cassez ?

Une arrestation en direct orquestrée

 

Dans la matinée du 8 décembre 2005, Florence Cassez était arrêtée par la police mexicaine et tenue au secret jusqu’à l’aube du lendemain. Pendant ce laps de temps d’environ 24 heures, une fausse arrestation en direct était mise en place par les journalistes mexicains, avec la complicité de la police mexicaine. Le 9 décembre 2005, les journalistes diffusaient largement une vidéo de la soi-disant arrestation « en direct » de Florence Cassez à la télévision (Lire notre Article).

 

En 2006, lors d’une émission télévisée, Florence Cassez avait interpellé le patron des policiers de l’Agence fédérale d’investigation, devenu depuis Ministre de la Sécurité publique qui avait alors reconnu que l’arrestation filmée était une reconstitution organisée quelques heures après l’arrestation à la demande des journalistes.

 

Le parquet général de la République mexicaine (équivalent du ministère de la justice en France) a alors reconnu dans un document officiel que la véritable arrestation avait eu lieu auparavant, à l’abri des caméras.

 

Cette mascarade était lourde de conséquences pour Florence Cassez. En effet, en cas de flagrant délit, la loi mexicaine prévoit que le suspect doit être présenté à un juge « sans délai ».

 

 

Un témoin reconnaît l’avoir accusée à tord

 

Un témoin a récemment révélé qu’il a menti dans ses déclarations. Cette révélation a d’autant plus d’impact qu’il avait été présenté comme un témoin majeur par les policiers mexicains lors du procès de Florence Cassez. En effet, à l’époque du procès, cet homme avait accusé Florence Cassez d’être la chef d’une bande de kidnappeurs dont il faisait partie. Il revient aujourd’hui sur ses déclarations, affirmant qu’il avait témoigné contre elle sous la torture physique et psychologique. « Tous les noms, les lieux, les enlèvements que je décris sont faux. On m'a obligé à désigner Israël Vallarta et Florence Cassez. Je ne connais pas ces personnes » affirme-t-il aujourd’hui.

 

Ces révélations mettent une fois de plus en lumière les pratiques douteuses de la police mexicaine qui n’avait pas hésité à orchestrer une fausse arrestation en direct, afin de permettre la comparution immédiate de Florence Cassez devant un juge…


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. En savoir plus - CGU
OK