Plan Rebond pour les chômeurs en fin de droits : des chiffres peu exceptionnels pour l'aide exceptionnelle

Publié par Julie TROUPEL le 09/11/2010 | Lu 7892 fois | 3 réactions

Le « Plan Rebond », entré en vigueur le 1er juin 2010, allouant une aide exceptionnelle aux chômeurs en fin de droit (456 euros par mois pendant 6 mois) ne fait pas vraiment rêver et fait déjà polémique. Pour la CGT, à la fin octobre, seulement 3 000 chômeurs en fin de droit peuvent se targuer d'avoir bénéficié de l'aide exceptionnelle, contre 8 000 annoncés par le gouvernement. Le 18 novembre prochain, le gouvernement et les partenaires sociaux se rencontreront pour créer, à la mi-avril 2011, un comité de pilotage du « Plan de rebond ».

L’obtention d’un emploi : corollaire des chiffres décevants du Plan de Rebond ?

Avec son Plan de Rebond, le gouvernement avait bon espoir d’aider au moins 325 000 chômeurs en fin de droit, n’ayant toujours pas trouvé de travail.

Or, depuis juin 2010, seuls 128 000 chômeurs en fin de droit ont obtenu un sursis exceptionnel en touchant encore 456 euros/mois pendant au maximum 6 mois.

Hier, le gouvernement a annoncé qu’au moins 8 000 d’entre eux ont touché cette aide exceptionnelle à la fin octobre 2010. Chiffre évalué à seulement 3 000 par les syndicalistes.

Le Plan rebond semble être tombé un peu à plat …

Laurent Wauquiez, secrétaire d’Etat à l’emploi auprès de la ministre de l'Économie, de l'Industrie et de l'Emploi, estime que c’est un mal pour un bien : le nombre de ceux qui ont retrouvé un emploi, un contrat aidé ou une formation rémunérée, est plus élevé que prévu. « L’ensemble de la population concernée profite de cette dynamique, meilleure que prévu » a-t-il déclaré.

Quid du Plan Rebond

Ce plan, évalué à 705 millions d'euros, vise à aider tous les chômeurs en fin de droit entre le 1er janvier et le 31 décembre 2010, ne pouvant prétendre à aucun revenu de remplacement.

Crée par le Décret n° 2010-575 en date du 31 mai 2010, ilest entré en vigueur le 1er juin 2010 et sa mise en place a été confiée au Pôle emploi.

Pour bénéficier de cette aide exceptionnelle,  le demandeur d’emploi doit respecter un plafond de ressources mensuelles inférieur ou égal à 2 119,60 euros pour une personne seule et à 3 330,80 euros pour une personne vivant en couple.

En outre, les chômeurs en fin de droit sont éligibles à l’aide exceptionnelle, s’ils ne peuvent pas prétendre au bénéfice des aides suivantes :

  • L’allocation de solidarité,
  • Le revenu de solidarité active versé à titre individuel ou au titre du foyer,
  • Le revenu minimum d’insertion versé à titre individuel ou au titre du foyer,
  • L’allocation de parent isolé,
  • Une allocation spécifique d’indemnisation du chômage au titre de la solidarité nationale.

Pendant ce temps-là, le Pôle emploi fait la grève …

Aujourd’hui, tous les syndicats de Pôle emploi appellent à la grève nationale, pour protester contre de mauvaises conditions de travail et une baisse d’effectifs annoncée pour 2011, se traduisant par la suppression de 1 800 postes. 

La capitale attend près de 3 000 manifestants en début d’après midi, place de la République.

Pour les syndicats, le projet de loi de finances de 2011 prévoyant les suppressions de poste au Pôle emploi, est vécu comme « une véritable agression ».