Questionsjuridiques
Questions juridiques

Besoin d'une réponse, ou d’une information juridique ? Le réseau Documentissime est là pour vous aider !

Posez votre question en quelques clics pour obtenir une réponse gratuite de Professionnels du Droit (Avocats, Huissiers, Notaires...)

Posez une question juridique

Impôts - fiscalité

Taxe foncière impayée sur logement secondaire
Contentieux et contrôle fiscal

Bonjour

J'ai fait l'acquisition en 2007 d'une résidence secondaire (dépendance de 12 m2) avec l'intention de la transformer pour un projet qui a avorté depuis...
J'ai été négligeant sur le paiement de mes impôts locaux sur ce bien pour lequel j'ai tout de même effectué des travaux d'aménagement...
Je ne sais pas comment procéder pour aller régulariser ma situation en limitant la casse au maximum.
En même temps lors de l'acquisition du bien (Juillet 2007), le cédant s'est engagé a régler la TF et la TH en cours...

Comment procéder afin que ma bonne fois limite la sanction que j'encours...

Merci d'avance


Question posée le 08/07/2012

Par Karlito m

Département : Bouches-du-Rhône (13)


Mots clés de cette question :défaut paiement impôtimpôts directsimpôts locauxretard paiement impôtsanction non paiement impôts locauxtaxe d'habitationtaxe foncièrevente
Date de la réponse : le 09/07/2012

Bonjour,

Le paiement de la taxe d'habitation incombe intégralement à celui qui occupe des locaux meublés à usage d'habitation au 1er janvier de l'année d'imposition (articles 1407 et 1408 du Code général des impôts). Quant à la taxe foncière, elle incombe à celui qui en est propriétaire à cette même date (article 1400 du Code général des impôts). Le paiement de ces taxes est donc tantôt cumulatif tantôt alternatif selon que le propriétaire est occupant ou non.
Dans l'hypothèse d'un changement de propriétaire en cours d'année, le nouvel acquéreur s'acquitte, en pratique, de la taxe foncière au prorata temporis, encore faut il que cela soit prévu dans l'acte de vente. A défaut, c'est le propriétaire au premier janvier de l'année qui sera seul redevable. Il faut savoir en outre que ce type de convention n'est pas opposable à l'administration fiscale. Il est donc impossible de s'en prévaloir.
Enfin, s'agissant des pénalités fiscales, le non paiement des impôts directs locaux dans les 45 jours suivant la date de mise en recouvrement des sommes dues, entraîne l'application d'une majoration de 10% du montant de l'impôt dû (article 1730 du Code général des impôts). Lorsque cette majoration de 10% est appliquée, aucun intérêt de retard n'est dû.

Cordialement,

Faites découvrir nos services gratuits sur
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. En savoir plus
OK