Questionsjuridiques
Questions juridiques

Besoin d'une réponse, ou d’une information juridique ? Le réseau Documentissime est là pour vous aider !

Posez votre question en quelques clics pour obtenir une réponse gratuite de Professionnels du Droit (Avocats, Huissiers, Notaires...)

Posez une question juridique
lettre en ligne par la poste

Modèle de lettre
Lettre d'accusé de réception de la mise à pied disciplinaire : admission de la sanction


Quand utiliser cette lettre d'accusé de réception ?

Vous avez été mis à pied par votre employeur. Analysant les faits qui vous sont reprochés, vous les admettez. Soit vous ne répondez pas, ce qui pourrait préjudicier à votre situation ultérieure, soit vous répondez en prenant bonne note de votre sanction, renouant et améliorant ainsi vos relations de travail. Ce modèle de lettre vous est alors destiné.

Ce que dit la loi sur la sanction disciplinaire et la mise à pied disciplinaire

Les articles l.1331-2 et suivants du code du travail encadrent le droit disciplinaire. La sanction disciplinaire est prise par l'employeur suite à un agissement du salarié considéré comme fautif et de nature à affecter la présence du salarié dans l'entreprise, sa carrière ou sa rémunération, de manière immédiate ou non.
Selon les articles l.1232-1 et suivants, l'employeur doit respecter la procédure disciplinaire légale. Elle s'amorce dans un délai de deux mois à compter du jour de la connaissance de la faute. L'employeur doit convoquer le salarié à un entretien préalable. La lettre de convocation indique l'objet, la date, l'heure et le lieu et rappelle la possibilité, pour le salarié, de se faire assister par une personne de son choix. La loi n'indique aucun délai minimal entre lettre de convocation et le jour de l'entretien. Un délai de 48 heures est un délai raisonnable pour les tribunaux. Si l'entreprise n'a pas de représentants du personnel, un délai de 5 jours ouvrables doit toutefois être respecté entre les deux opérations. Lors de l'entretien, l'employeur est tenu de donner au salarié les motifs fondant la sanction et recueillir les explications du salarié. L'employeur a ensuite un mois pour notifier la sanction au salarié.
La mise à pied disciplinaire est la sanction la plus grave, dans leur hiérarchie, avant le licenciement pour faute. Elle suspend temporairement le contrat de travail mais ne le rompt pas. La mise à pied doit être précédée d'un entretien préalable, laissant au salarié la possibilité de s'expliquer. La mise à pied ne peut se prolonger abusivement. Dans l'incertitude sur la durée de la mise à pied, le salarié peut écrire à l'employeur, précisant qu'en l'absence de précision sur la durée, il reprendra son travail tel jour et à telle heure. Si l'accès à l'entreprise lui est interdit par l'employeur, sans que le salarié n'arrive à obtenir des précisions sur la durée de cette mise à pied, le salarié pourra faire constater les faits par un huissier, et demander au conseil des prud'hommes de constater l'irrégularité de la sanction, indépendamment de son bien-fondé.

Nos conseils pour votre lettre

Il est conseillé d'adresser cette réponse en lettre en recommandée avec accusé de réception. Conservez précieusement une copie de la lettre (lettre + pièces jointes) et l'accusé de réception.


Faites découvrir nos services gratuits sur

Prévisualisation du document à télécharger

Modifié le : 11/07/2012 10:17:41
Nombre de mots : 145
Voir un aperçu de la lettre type

Logo Pack Légipratique
PACK LÉGIPRATIQUE
avocat pack légipratique
check Modèles prêts à l’emploi
check Références juridiques
check Conseils d’avocat
check Pièges à éviter

les packs de référence tout en un

Voir les Packs LégiPratiques avec conseils d'avocat