Questionsjuridiques
Questions juridiques

Besoin d'une réponse, ou d’une information juridique ? Le réseau Documentissime est là pour vous aider !

Posez votre question en quelques clics pour obtenir une réponse gratuite de Professionnels du Droit (Avocats, Huissiers, Notaires...)

Posez une question juridique
Notez cet article

Réforme du conge parental: à prendre et à laisser!

Publié par Samira MEZIANI le 17/09/2013 - Dans le thème :

Vie familiale

| Lu 6146 fois |
6 réactions

Réforme du conge parental: à prendre et à laisser!

Par Samira MEZIANI,  Avocat au Barreau de Paris

Tel: 0760781905  Email: sammeziani@yahoo.fr

Une réforme censée inciter les pères à s’investir plus auprès de leur(s) enfant(s).

Une réforme censée favoriser le partage des responsabilités parentales.

En ont t ils réellement besoin d’être “INCITES”?

Quels sont les impacts de cette réforme?

Les mesures seraient:


            - Pour les parents d’un premier enfant, la durée actuelle de 6 mois serait complétée d’une période supplémentaire de 6 mois accordée au second parent

- Pour les parents de deux enfants et plus, la durée actuelle de 3 ans est maintenue mais en son sein, 6 mois reviennent au second parent.

Le communiqué de presse de l’UNAF (Union Nationale des Associations familiales) est très explicite.

Plusieurs points sont relevés :

- Les pères ont toujours et veulent toujours respecter la place des mères durant une période nécessaire voire vitale entre l’enfant et là mère : à la naissance.

L’enfant a un besoin physiologique, biologique et psychologique auprès de sa mère.

La mère a porté l’enfant durant 9 mois ; à la naissance, l’enfant est allaité par la mère.

Les premiers moments font de la relation nourrisson-mère, une relation privilégiée.

Les pères ne l’ont jamais nié, bien au contraire.

Les pères savent cependant langer, donner le biberon (…).

S’ils ne savent pas, la mère bien souvent montre au père les gestes à avoir. Précisons aussi que les mères, à la naissance de leur enfant, sont bien entourées par la sage-femme, des infirmières qui apprennent à donner le bain, à porter le bébé (…). Certes, instinct maternel mais aussi beaucoup d’instruction durant 9 mois et à la naissance.

On ne peut reprocher au père, comme c’est souvent le cas devant les tribunaux, de ne pas savoir donner un bain à un nourrisson...

Comme le relève l’UNAF, la presence paternelle “trouve toute sa pertinence plus tard, c’est à dire plus au moment de l’enfance que de la naissance à proprement parler. Ils vivent leur paternité dans une logique de complémentarité avec la mere et non de substitution”.

Les pères ne veulent pas être des mères; seulement avoir une identité de père auprès de l’enfant, la mere et les Tribunaux.

Cette réforme, sur ce point, n’a aucun sens.

- La réforme va créer des pertes financières et plonger la famille dans un précarité nouvelle.

Au regard du contexte de crise économique actuel, de incomprehension voire du rejet du role du père dans l’éducation des enfants par les pouvoirs publics, par les entreprises (…); prendre un conge parental c’est risquer de perdre son emploi; c’est risquer une baisse de revenus.

Le risque est de stigmatiser davantage les pères.

A la naissance de leur enfant, les couples n'ont pas besoin de ça.

- Cette réforme semble instaurer un conge parental par obligation.

Ce n’est pas ce que veulent les pères. Ils veulent de la souplesse dans l’intérêt de la famille. Un intérêt financier, moral et d'équilibre au sein du couple.

Sur le principe d’allongement de 6 mois du conge parental; on dit oui mais pas de cette manière; pas par contrainte et pas au risque de créer une précarité quasi-certaine.

Les pouvoirs publics semblent avoir des œillères,  les pères n'ont pas besoin d'être incités à s'engager dans leur paternité. Ils le clament déjà haut et fort. Cette réforme, maladroite, prouve qu'ils ne sont toujours pas compris.

Aussi, il serait interessant d’avoir le point de vue des meres concernées par cette réforme.

Lien à consulter:

http://www.unaf.fr/IMG//pdf/cp17-reforme_du_conge_parental___ce_que_veulent_les_peres.pdf

http://www.gouvernement.fr/gouvernement/en-direct-des-ministeres/reforme-du-conge-parental


Les derniers commentaires (6)
nadounet a écrit le 21/09/2013 à 13:11:23
Signaler un abus
Depuis l'annonce du vote du sénat en faveur de cette réforme je suis consternée. Maman en congé parental pour mon deuxième depuis 10 mois je suis ravie d'avoir plus de temps à consacrer à mes enfants et je ne suis pas inquiète pour mon retour de travail car je suis embauchée depuis des années et ça fait plus de 10 ans que je fais ce travail tandis que mon conjoint est commerçant, non salarié, c'est impossible pour lui de prendre un congé parental! Encore une réforme qui oublie que tous les travailleurs ne sont pas tous dans la même situation, je ne suis pas une maman en situation précaire qui aurait besoin que son égoïste de mari salarié prenne sa place en revanche cette réforme va me contraindre à gérer reprise de travail, un bébé à faire garder et toute l'intendance qui s'impose quand on a un mari qui est très loin des 35h pour moi c'est plus un recul qu'une avancée des droits pour l'égalité!!
Meziani Samira, Avocat a écrit le 22/09/2013 à 13:28:44
Signaler un abus
Votre situation est révélatrice des dangers de cette réforme. Votre témoignage de mère est important.Vous remerciant,
Samira Meziani
Avocat
galatee a écrit le 09/10/2013 à 17:00:39
Signaler un abus
Travaillant à mi-temps et mon compagnon à temps plein, nous nous étions posé la question car il voulait prendre une partie du congé parental. Sauf que là où moi je ne perd que 100 à 150 € , lui perd 1000€..... j'attend mon 3 éme enfant et si la loi passe effectivement je vais devoir reprendre mon travail à 2 ans 1/2 et lui ne pourra absolument pas prendre ce congé car sinon nous ne pourrions plus payer notre loyer... cette loi est une aberration!! pourquoi ne pas plutôt prolonger le congé paternité car 11 jours, frachement c'est un peu se moquer du monde!! Il aimerait lui pourvoir rester un mois à la naissance de son enfant car sur les 11 jours, 5 sont souvent loin de l'enfant car la mère est à la maternité. C'est dommage que cette loi ne soit pas plus intelligement construite
milibulle a écrit le 09/10/2013 à 17:33:57
Signaler un abus
Etant prof tous les deux, mon mari pourrait aussi prendre le CP. Mais, mon mari ne ressent pas le besoin de prendre un congé parental alors que c’est essentiel pour moi ! J'ai besoin de m'occuper de mes enfants de les voir grandir... Mon mari m'aide, les tâches sont partagées ! La parité est présente chez nous ! Il change autant les couches que moi, quand il faut il prépare la machine à laver, s'occuper de la vaisselle, fait à manger... On partage tout sans soucis ! Simplement, rester avec mes enfants jusqu'à l'entrée à l'école est pour moi une nécessite que lui ne ressent pas ! Nous avons choisi de vivre ainsi ! Si le gouvernement changeait le système, mon mari ne prendrait pas le congé parental... Du coup, il nous faudrait une nourrice pour seulement quelques mois et pour 50% car il est hors de question que je reprenne à 100% ! JE VEUX m'occuper de mes enfants! Mon boulot passe en second pour moi ! Et ce n'est pas ces changements qui changeront quelque chose ! Ce n'est pas ainsi selon moi qu'on arrivera à une parité au sein des familles ! Ce changement fonctionnera pour une minorité de personne, mais de nombreuses familles se retrouveront embêter ou en manque financier ! Personnellement, même si l'allocation venait à diminuer ou disparaître et bien je resterai à la maison ! D'ailleurs c'est peut être ce que souhaite le gouvernement non ? Donner moins d'argent aux familles, vu l'état actuel des choses en France. Le projet de réforme du congé parental est une aberration !
Sevie a écrit le 09/10/2013 à 21:01:07
Signaler un abus
Mon mari gagne 2200 euros par mois. Il est chargée de recherches mais ne bénéficie que de contrats reconduits en Cdd en fonction des finances du labo, tantôt des contrats de 6 mois, tantôt des contrats de 3 mois et ce depuis 4 ans maintenant. Partir en congé pour lui, ce n'est même pas la peine d'y songer. Il devrait alors abandonner complètement l'idée qu'un jour, il pourrait être titularisé. Et puis avec quoi vivre durant ce temps. Avant d'être en Clca, j'étais travailleuse indépendante. J'ai cessé toute activité. J'ai donc fermé mon entreprise. Je n'ai ni de poste qui m'attend à l'issue de mes 3 ans de Clca, ni le droit au chômage. Et en plus, j'ai choisi d'allaiter mes enfants jusqu'au sevrage naturel et je suis incapable de tirer mon lait , alors si on laisse de côté l'aspect financier, il y a quand même ça a prendre en compte.
rabinette a écrit le 21/01/2014 à 22:33:57
Signaler un abus
bonjour, pourriez vous me dire si mon mari a droit a un congé parental rémunérer d'un complément CLCA (Complément de Libre Choix D'activités)alors que je suis en congé maternité ? merci de votre réponse

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. En savoir plus - CGU
OK