Questionsjuridiques
Questions juridiques

Besoin d'une réponse, ou d’une information juridique ? Le réseau Documentissime est là pour vous aider !

Posez votre question en quelques clics pour obtenir une réponse gratuite de Professionnels du Droit (Avocats, Huissiers, Notaires...)

Posez une question juridique
Notez cet article

Un recruteur sur deux utiliserait les réseaux sociaux avant d'embaucher

Publié par Documentissime le 24/06/2010 | Lu 5531 fois | 0 réaction

Selon une étude menée par le site RegionsJob, 47% des DRH utilisent les réseaux sociaux pour repérer des profils intéressants. Ce sondage en ligne réalisé du 13 avril au 2 mai 2010, auquel ont répondu 157 recruteurs professionnels des RH et 2208 personnes en recherche d'emploi âgées de 18 à 60 ans, a permis de mettre en lumière l'utilité des réseaux sociaux dans la recherche d'emploi. Qu'ils soient spécialisés (Viadeo, LinkedIn…) ou grand public (Facebook, Twitter…), ces sites communautaires offrent un outil efficace aux candidats mais également aux recruteurs.

Ca marche !

L’enquête révèle que 56% des personnes interrogées ont été contactées par un DRH après s'être inscrites sur Viadeo et 35% sur LinkedIn. Une fois sur trois, ces échanges ont débouché sur un entretien. Des chiffres qui font rêver plus d’un candidat en ces temps de crise.

Attention cependant à ne pas s’inscrire n’importe où ! Les réseaux les plus utilisés sont également ce qui marchent le mieux : 89% de ceux qui utilisent les réseaux sociaux dans leur recherche d'emploi sont inscrits sur Viadéo, 51% sur LinkedIn.

Les réseaux grand public détournés vers un usage professionnel sont mal adaptés, et séduisent donc moins. « Twitter et les blogs sont plus complexes au niveau de l'usage voire de la technique, ils séduisent donc moins, à 15% et 14% d'utilisateurs », observe l'étude. Si 92% des personnes interrogées connaissent Facebook, seulement 6% des candidats l'utilisent professionnellement.

Pas pour n’importe qui

Les réseaux sociaux s’accommodent mal de la recherche active d’emplois peu qualifiés. Le plus souvent, ils sont utilisés par des chercheurs d'emploi âgés de 25 à 34 ans, majoritairement titulaires d'un bac + 5, la plupart du temps déjà en poste. Le recruteur type, lui, est un dirigeant d'entreprise de moins de 50 salariés, en quête de commerciaux, informaticiens et ingénieurs.

Les recruteurs n’abandonnent pas les outils traditionnels

Si les recruteurs utilisent ces outils, ils n’abandonnent pas pour autant les outils de recrutement traditionnels jugés plus utiles. Le sondage relève que 47% des DRH déclarent se servir des Facebook, Viadeo, LinkedIn, Twitter, et autres blogs pour embaucher, mais que seulement 19% les jugent utiles.

L'outil de prédilection demeure largement le site d'emploi (88 %), devant les candidatures spontanées (80 %) et le site des ressources humaines de l'entreprise (61 %). Quant aux candidats, ils ne comptent pas uniquement sur ces réseaux pour trouver un emploi, les sites spécialisés sont utilisés à 97 %, les candidatures spontanées à 77 % et le réseau personnel à 44 %.

Une intrusion dans la vie privée ?

Les réseaux sociaux, surtout lorsqu’ils n’ont pas un usage professionnel, révèlent souvent une large partie de notre vie privée. Certains employeurs n’hésiteraient pas à consulter la page Facebook de leur futur salarié avant de le sélectionner.

Mais le sondage s’inscrit cependant en faux contre cette croyance. Gwenaëlle Hervé, responsable de la communication de Regionsjob affirme que « Les recherches ne sont effectuées ni par toutes les entreprises, ni systématiquement pour tous les profils. L'e-réputation (réputation en ligne) est une information complémentaire, qui n'est pas prise au premier degré par le recruteur ». En effet, le sondage révèle que 36 % des recruteurs sondés affirment faire des recherches sur les candidats potentiels, mais seulement 5 % disent avoir écarté une candidature après avoir trouvé des traces négatives. Ils sont par contre 8 % à affirmer avoir embauché après avoir trouvé des traces positives.

Beaucoup de candidats tentent désormais de contrôler leur réputation en ligne. Dans cette perspective, plus de deux tiers des postulants en ligne ont fermé l'accès de leur profil Facebook au grand public. Mais seuls, 54 % des candidats vérifient régulièrement les résultats de leurs nom et prénom dans le moteur de recherche de Google.

Avec l’arrivée des sites spécialisés dans la mise à disposition de profils professionnels pour les recruteurs, il est clair que les réseaux sociaux ne sont certainement pas un effet de mode. Ce nouvel outil  est promis à un avenir certain en permettant d’offrir aux candidats une réelle opportunité de recrutement.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. En savoir plus - CGU
OK