Questionsjuridiques
Questions juridiques

Besoin d'une réponse, ou d’une information juridique ? Le réseau Documentissime est là pour vous aider !

Posez votre question en quelques clics pour obtenir une réponse gratuite de Professionnels du Droit (Avocats, Huissiers, Notaires...)

Posez une question juridique
Notez cet article

Réforme Petite Enfance : un assouplissement de la reglementation au détriment de la sécurité des enfants ?

Publié par Documentissime le 18/06/2010 | Lu 8018 fois | 3 réactions

Alors que le projet du gouvernement visant à réduire le taux de personnel qualifié dans les crèches pour leur permettre d'accueillir plus d'enfants avait déclenché de nombreuses critiques et des manifestations de professionnels et de parents dans toute la France, deux textes sont malgré tout entrés en vigueur la semaine dernière. Permettre une réduction des effectifs et un personnel moins qualifié ne viserait-il pas officieusement à réduire les demandes d'inscription en crèches plutôt que d'en ouvrir l'accès à un plus grand nombre d'enfants ?

Fin mai, des milliers de professionnels de crèches, membres du collectif « pas de bébés à la consigne » et parents manifestaient dans toute la France contre les projets du gouvernement visant à réduire le taux de personnel qualifié dans les crèches et à leur permettre d’accueillir plus d’enfants, de manière ponctuelle.

 

Malgré cela, la secrétaire d’Etat à la famille, Nadine Morano, avait affirmé qu’elle ne modifierait pas les textes. Ainsi, deux lois sont entrées en vigueur la semaine dernière, notamment la loi instaurant les maisons d’assistantes maternelles, entrée en vigueur ce jeudi 10 juin 2010.

 

 

Une expérimentation sans bilan

 

L’an dernier, le gouvernement s’est engagé à répondre au problème du manque de place dans les crèches. Pour cela, il s’est fixé comme objectif de créer de 8.000 places en crèches pour les enfants âgés de 2-3 ans, d’ici 2012. Ainsi, des « jardins d’enfance », structures destinées aux enfants âgés de 2-3 ans, ont été créés.

 

Cependant depuis cette mesure, aucun chiffre n’a été donné par la secrétaire d’Etat à la famille, Nadine Morano. C’est pourquoi Christophe Harnois, éducateur de jeunes enfants et membre du collectif « pas de bébé à la consigne » dénonce le fait qu’aucune évaluation n’ait été faite. Il pose d’ailleurs une question légitime : «  à quoi ça sert d’expérimenter si on ne fait pas de bilan derrière ? ».

 

Pour Françoise Cartron, sénatrice de Gironde (PS) qui suit de très près l’évolution du secteur de la petite enfance, le but de la création de « jardins d’éveil » était clairement de supprimer la scolarité des tout-petits. Toujours selon elle, le problème réside dans le fait que les « jardins d’éveil sont payants (…) alors que l’école dès deux ans était un service public, à la charge de l’Etat… ». Elle constate qu’en dix ans, le nombre d’enfants de moins de deux ans allant à l’école a été divisé par deux. Elle estime que ce chiffre a connu une telle diminution non pas parce que les parents ne veulent plus scolariser leurs enfants, mais parce qu’ils ne peuvent pas le faire.

 

 

Un taux d’encadrement diminué et du personnel moins qualifié, au détriment de la sécurité des enfants…

 

Concernant le taux d’encadrement, le décret prévoit qu’un adulte seulement est nécessaire pour encadre douze enfants qui marchent, alors qu’en crèche, un adulte pour huit enfants est requis.

 

Dans le même sens, le texte permet aux nounous à domicile de se rassembler dans un même local pour garder des enfants. On assimile alors accueil individuel et accord collectif. Par ailleurs, aucune norme n’est imposée en termes de locaux, mis à part qu’il faut que la Protection Maternelle Infantile (PMI) ait préalablement donné son accord.

 

Alors qu’une assistante maternelle doit avoir un CAP petite enfance pour exercer en crèche, si elle travaille à domicile, elle doit seulement avoir l’agrément du conseil général, délivré sans condition de diplôme, après une formation de 60 heures. Cela incite les assistantes maternelles à travailler chez elles plutôt que dans des structures telles que les crèches. Or, pour Claire-Lise Campion, sénatrice de l’Essonne (PS) « Il faut un minimum de règles pour assurer la sécurité des enfants ». Et ces règles sont enseignées via les formations telles que le CAP petite enfance…


Les derniers commentaires (3)
Sey66 a écrit le 03/07/2012 à 19:00:05
Signaler un abus
J'ai entendu dire qu'il allait y avoir énormément de place pour les CAP petite enfance dans les crêches d'ici 2015 car la france a un taux de natalité trés élevée . Apparemment, les crêches demandent de plus en plus de personnes titulaires du CAP petite enfance . Est-ce vrai ?
De plus, j'ai aussi entendu dire qu'une personne titulaire du CAP petite enfance ayant 3 ans d'expérience, sera délivrée automatiquement auxiliaire de puéricultrice sans passer le concours, puis au bout de 3 ans encore ( soit 6 ans depuis le début d'expérience) deviendra EJE sans passer le concours non plus... Rumeur ou vérité ? Répondez moi si vous pouvez m'aider et si vous avez la preuve de ce que j'avance.
elleinad a écrit le 17/10/2012 à 09:49:29
Signaler un abus
Je ne peux que réagir à ce qui est indiqué : aujourd'hui les nouvelles assistantes maternelles valident des modules de compétences du cap petite enfance..
l'évaluation des conseils généraux est réelle et sérieuse : casier judiciaire de toute la famille, interrogatoire serré voir même demande à voir les comptes financiers de la famille. Quand à la sécurité : tout le matériel est vérifié, les normes existent... les contrôles aussi. Qu'on arrête de prendre les candidates assistantes maternelles pour des personnes déficientes ou limite intellectuellement..Pour la plupart, aujourd'hui elles ont entre le bac et bac plus 5 sur notre territoire...Difficile de demander à une bac plus 5 d'aller passer un cap (et de le financer) pour rassurer les élus... Ne croyez vous pas que l'on mélange sécurité et sécuritaire ???
stéphanie a écrit le 12/07/2013 à 15:02:37
Signaler un abus
je galère sérieusement pour trouver un espace de 100 m² en location avec jardin ou terrasse extérieure pour monter une micro-crèche de 10 enfants. Toutes les agences ME PROPOSENT QUE DE LA VENTE.
Comment faire ou à qui faudrait-t-il s'adresser pour trouver ce genre de local? les mairies n'ont rien , le social encore moins ; Merci de me proposer une idée ou une solution pour dénicher un espace digne d’accueillir des enfants à l'intérieur

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. En savoir plus - CGU
OK