Réforme des retraites : l'heure des derniers arbitrages

Publié par Documentissime le 18/06/2010 | Lu 1232 fois | 0 réaction

Après deux mois de consultation auprès des partenaires sociaux, le gouvernement va rendre public demain matin à 8h30 l'avant projet de réforme des retraites par la voix de son ministre du Budget, Eric Woerth. Les principaux acteurs de la réforme seront réunis ce soir autour du Président de la République pour rendre les derniers arbitrages et notamment fixer l'âge légal de départ à la retraite, principale mesure de ce projet.

L’âge légal de départ à la retraite fixé à 62 ans

 

Il est désormais assuré que l’âge légal de départ à la retraite, fixé sous la présidence de François Mitterrand à 60 ans, ne résistera pas à la future réforme gouvernementale. On parle d’un âge de départ à la retraite fixé à 62 puis à 63 ans. La mise en place sera, dans tous les cas, progressive dès le 1er janvier 2011. Mais le rythme du calendrier reste à définir. Grâce à cette mesure, le gouvernement compte réaliser un «  gain supplémentaire (de) plusieurs milliards d'euros par an à l'horizon de 2020 ».

 

Une retraite juste ?

 

Les polémiques entourant les privilèges de nos élus concernant leur retraite ont foisonné dans  la presse ces derniers temps, comme celle dont Christine Boutin a été la cible la semaine dernière. La réforme ne pourra se faire que si elle est animée de justice et d’égalité. La députée villepiniste Mme Montchamp déclarait, il y a quelques jours « aujourd'hui, les Français sont prêts à faire un effort mais ils sont obsédés par la justice sociale. Ils n'accepteront aucun passe-droit ».

 

Prenant la polémique à contrepied, Eric Woerth a annoncé ce matin « de nouvelles mesures pour renforcer la taxation des retraites-chapeau », ces revenus supplémentaires soumis à la même fiscalité que les pensions servies par les régimes obligatoires.

 

Dans la même journée, le Sénat a annoncé étudier l'hypothèse de la suppression de la double cotisation qui permet aux sénateurs de toucher une pleine retraite au bout de 22,5 années de mandat, selon le président du Sénat Gérard Larcher (UMP).

Un peu plus tôt, le premier ministre avait déclaré souhaiter la suppression d’avantages de certains politiques.

 

A l’étude également, la hausse de l’impôt des ménages les plus riches par le biais d’une augmentation de la dernière tranche de l’impôt sur le revenu passant ainsi de 40 à 42%, ce qui traduirait une augmentation d’impôt de 1%.

 

 

Le début d’un bras de fer

 

Les partis politiques de gauche ont déjà fait part de leur désapprobation. Martine Aubry, premier secrétaire du Parti Socialiste s’est exprimée sur France 5 en qualifiant d’injuste l’idée de passer à un âge légal de départ à la retraite de 60 à 63 ans. La gauche avait déjà affiché son unité hier lors d’un rassemblement à Rouen lors duquel NPA, PC et PS avaient parlé d’une seule voix.

 

Pour les syndicalistes, le combat commence maintenant. Bien que force ouvrière se soit retrouvée seule ce mardi à organiser une journée d'action contre la réforme, l’intersyndicale (CGT, CFDT, CFTC, FSU, Solidaires et Unsa) appelle à des grèves et des manifestations le 24 juin. Ce ne sera véritablement qu’après les vacances passées que le combat sera « le plus chaud » a indiqué le secrétaire général de FO, Jean-Claude Mailly.