Questionsjuridiques
Questions juridiques

Besoin d'une réponse, ou d’une information juridique ? Le réseau Documentissime est là pour vous aider !

Posez votre question en quelques clics pour obtenir une réponse gratuite de Professionnels du Droit (Avocats, Huissiers, Notaires...)

Posez une question juridique
Notez cet article

Prothèses mammaires défectueuses : Plus de 500 plaintes déposées

Publié par Documentissime le 17/06/2010 | Lu 8609 fois | 10 réactions

Suite à de nombreuses ruptures des implants mammaires pré-remplis de gel de silicone fabriqués par la société Poly Implant Prothèse (PIP), l'Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé (AFSSAPS) a ordonné leur retrait du marché. Les victimes de ces prothèses ont déposé ce jeudi 517 plaintes contre la société PIP auprès du Tribunal de Grande Instance de Marseille. En France, ce ne serait pas moins de 30.000 femmes qui porteraient ces implants mammaires, et près de 300 000 à l'étranger.

Un taux de rupture inquiétant…

 

Suite à une augmentation du nombre de signalements d’incidents de ruptures de prothèses mammaires pré-remplies de gel de silicone fabriquées par la société PIP, l’AFSSAPS a inspecté les locaux de la société PIP. Cetteinspection a mis en évidence l’utilisation d’un gel de silicone différent de celui qui avait été déclaré lors de la mise sur le marché.

 

Le 29 mars 2010, l’AFSSAPS a donc décidé de suspendre la mise sur le marché et l’utilisation des implants mammaires pré-remplis de gel de silicone fabriqués par la société PIP ainsi que le retrait des produits au motif que « le taux d’incidents signalés pour ces implants est nettement plus élevé que celui constaté pour les implants fabriqués par les autres fabricants ».

 

Quels sont les risques ?

 

Rien ne permet à une femme de savoir que sa prothèse va se rompre. Mais la rupture d’une prothèse mammaire nécessite une nouvelle intervention chirurgicale, laquelle n’est évidemment pas sans risque pour la patiente. Parailleurs, des complications peuvent survenir suite à une fuite de gel de silicone dans l’organisme de la femme implantée.

 

L’AFSSAPS recommande donc aux femmes implantées de prothèses mammaires PIP de consulter leur chirurgien ou l’établissement de santé dans lequel elles ont été opérées afin qu’elles soient examinées et qu’on leur prescrive une échographie annuelle ou un autre examen adapté. Il convient de prendre contact avec l’AFSSAPS pour toute question médicale relative à ces implants.

 

 

Des conséquences prises en charge par l’Assurance Maladie ?

 

En France, les implants mammaires pré-remplis de gel de silicone concernent environ 30.000 femmes. Ces femmes peuvent avoir eu recours à la chirurgie esthétique mais aussi à la chirurgie reconstructrice, suite à un cancer du sein, par exemple.

 

Les femmes qui ont eu recours à la chirurgie réparatrice et dont la pose initiale d’un ou de plusieurs implant(s) mammaire(s) avait donc été prise en charge par l’Assurance Maladie, ont droit à une nouvelle prise en charge par l’Assurance Maladie des actes permettant de savoir s’il y a fuite du gel de silicone dans leur organisme, de l’acte d’ablation ou de changement de l’implant mammaire, de la pose d’un éventuel implant mammaire, des frais d’hospitalisation et des soins post-opératoires.

 

Cependant, les femmes qui ont eu recours à la chirurgie esthétique et dont la pose initiale de leurs implants mammaires n’avait donc pas été prise en charge par l’Assurance Maladie, ne verront pris en charge que les actes permettant de savoir si le gel de silicone fuit dans leur organisme, l’acte d’ablation de l’implant mammaire, les frais d’hospitalisation et les soins post-opératoires en lien direct avec l’acte d’ablation.

 

Par ailleurs, il faut savoir que, l’AFSSAPS ne recommandant pas le remplacement préventif des implants mammaires PIP, l’Assurance Maladie ne prend pas en charge ce type de remplacement.

 

 

Quelle issue pour la société PIP ?

 

Déjà le 23 mars 2010, le parquet de Marseille avait ouvert une enquête préliminaire pour « faux et usage de faux, publicité mensongère et tromperie sur les qualités substantielles d’un produit, mise en danger de la vie d’autrui » à l’encontre de la société PIP, soupçonnée d’avoir commercialisé pendant plusieurs années des implants mammaires défectueux et non conformes à la réglementation en vigueur.

 

La société PIP va devoir répondre de ses actes suite aux 517 plaintes qui ont été déposées contre elle, auprès du procureur de la République de Marseille.

 

Rappelons que l’article 223-1 du Code pénal dispose que « le fait d’exposer directement autrui à un risque immédiat de mort ou de blessures de nature à entraîner une mutilation ou une infirmité permanente par la violation manifestement délibérée d’une obligation particulière de sécurité ou de prudence imposée par la loi ou le règlement est puni d’un an d’emprisonnement et de 15.000 euros d’amende. »

 

Dans cette affaire, la mise en danger des 300.000 femmes qui ont été implantées de prothèses mammaires PIP semble évidente : selon l’AFSSAPS, le gel silicone utilisé par la société n’était pas celui qui avait fait l’objet de l’autorisation administrative de mise sur le marché délivrée pour les prothèses PIP et absolument obligatoire pour ce type de produit médical. Enfreindre cette autorisation de mise sur le marché et s’en affranchir pour produire des prothèses n’ayant reçu aucun agrément est un acte particulièrement grave, lequel entrainerait très certainement de lourdes conséquences, tant pour les femmes ayant reçu les prothèses en causes, que pour la société PIP si sa responsabilité était retenue à l’issue d’un procès.

 

La société PIP pourrait en effet se voir condamnée, outre à verser des dommages et intérêts aux femmes contraintes de subir une nouvelle opération, à une lourde condamnation pénale.


Les derniers commentaires (10)
lydiest a écrit le 15/06/2010 à 20:59:55
Signaler un abus
je viens d'etre appelé par mon chirurgien pour les implants defectueux pour des analyses, comment se retourner en proces contre la PIP ?
crevette a écrit le 19/06/2010 à 13:39:28
Signaler un abus
je viens d'effectuer une échographie mammaire qui suspecte une rupture.J'ai été revue par mon chirurgien. Du fait, je réalise prochaine une IRM et si celle-ci est confirmée je dois de nouveau subir une chirurgie. De ce fait, j'aimerai savoir comment adhérer à une association.
LILI390 a écrit le 20/06/2010 à 01:02:58
Signaler un abus
En ce qui me concerne j'ai adhérer à l'association de défense PPP qui est très sérieuse. Nous avons déposé plainte depuis le 31 mai. L'affaire est en instruction au parquet de Marseille.
Moi-même, je suis défendue par Maîtres Coubris de Bordeaux.
Affaire en cours, mais à mon avis ça va durer un bon moment !
Courage à vous toutes.
PS : S'il y a réopération pour changer de prothèses, demander à la conserver pour une éventuelle analyse.
peggy a écrit le 26/06/2010 à 22:38:57
Signaler un abus
Je viens moi aussi de consulter mon chirurgien qui m'a confirmé que je portais bien cette marque de prothèses et ce depuis 2001. J'envisage de les changer après une échographie car je crains que leur ancienneté ne les fragilise davantage. Je souhaiterais savoir si le chirurgien ne peut pas prendre en charge cette nouvelle intervention par le biais de l'assurance qu'il doit avoir pour ce genre d'incident. Merci.
nanou a écrit le 30/06/2010 à 17:49:03
Signaler un abus
bonjour je suis de la region du nord,et je voulais avoir des renseignements pour porter plainte car moi meme je suis victime de cette honteuse escroquerie !!!pouvez vous me diriger ,dois je prendre un avocat merci
Documentissime a écrit le 01/07/2010 à 15:20:09
Signaler un abus
Bonjour,
Déjà plus de 500 femmes ont porté plainte contre la société PIP pour « mise en danger de la vie d'autrui » notamment. Si vous estimez avoir été lésée, le commissariat de police ; la gendarmerie ou le procureur de la République pourra recevoir votre plainte. Cela vous permettra également de vous constituer partie civile. Vous pouvez également rejoindre une association afin de faire valoir vos droits et être conseillée au mieux. L'association PPP défend les porteuses de prothèses de la marque P.I.P, vous pouvez la joindre par courrier à l'adresse suivante :16 rue Pierre Vernier, 25 000 Besançon ou bien par téléphone au 03 63 42 95 92 ou encore par e-mail à associationppp@yahoo.fr.
Côté santé, il convient de prendre rendez-vous avec votre médecin ou chirurgien pour être examinée et qu'il vous prescrive un examen adapté le cas échéant. L'assurance Maladie prend en charge à certaines conditions les actes chirurgicaux consécutifs à des complications. Le remplacement préventif des prothèses n'est pas pris en charge par l'assurance Maladie.
Cordialement
julie a écrit le 17/09/2010 à 18:08:37
Signaler un abus
Bonjour,

J'ai été opéré d'une AM en octobre 2005.
J'ai fait explanter ces prothèses au mois d'août dernier.
Quelle surprise lorsque j'ai découvert qu'elles étaient remplies d'un liquide qui s'échappait à la moindre pression, alors que l'on m'avait vendu des prothese à gel hautement cohésif !!
Je suis révoltée!
savez-vous comment porter plainte ? J'ai contacter l'association PPP mis je n'ai pas encore de réponse de leur part.

Merci !
Julie
Elise de Marseille a écrit le 04/12/2010 à 19:23:48
Signaler un abus
Bonjour,Je suis également VICTIME de ces prothéses PIP du lot n° 16//3.JE vais porter plainte dés lundi 6 décembre car je suis vraiment MUTILEE aprés le retrait de ces prothéses PIP .
Je vais m'inscrire à l'Association PPP à Besançon.
Je suis heureuse de rejoindre le Groupe.
Cordialement.
Elise.
elska a écrit le 22/12/2010 à 16:51:03
Signaler un abus
Bonjour,
depuis 2004 je porte aussi les protheses pip j'allaite mes enfant.On me dit de realiser une radio numérisé car une simple echo ne suffit pas pour les détails .On me conseille de stopper l'allaitement de mes enfants.
Je repousse l'examen car je me sens contrainte de devoir faire cet arrêt.
Je trouve injuste que mes enfants soit privé de mon lait maternel à cause de mes protheses .
Une radio numériser equivaut à un arrêt maternel même si tout va bien au bout du compte...
Puis-je porter plainte et à qui???
merci de votre attention
LUCE a écrit le 24/11/2011 à 14:03:10
Signaler un abus
Suite à l'annonce du décé d'une personne ayant effectué cette intervention
En juillet2010j'ai été contacté par courrier par mon chirurgien pour m'informer du problème ( implants defectueux) qu'elle démarche ........
Puis-je porter plainte et à qui???
merci de votre attention

--------------------------------------------------------------------------------

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. En savoir plus - CGU
OK