Questionsjuridiques
Questions juridiques

Besoin d'une réponse, ou d’une information juridique ? Le réseau Documentissime est là pour vous aider !

Posez votre question en quelques clics pour obtenir une réponse gratuite de Professionnels du Droit (Avocats, Huissiers, Notaires...)

Posez une question juridique
Notez cet article

Plan de Rigueur : 150 mesures pour 10 milliards d'euros d'économie

Publié par Clément STIEVET le 01/07/2010 | Lu 5819 fois | 0 réaction

Dans le cadre de la Révision générale des politiques publiques (RGPP), le ministre du Budget, François Baroin présentait hier mercredi en conseil des ministres 150 mesures afin de permettre à l'Etat d'économiser 10 milliards d'euros en trois ans. Après la première vague de la RGPP lancée en 2007, cette seconde vague promet d'apporter une contribution majeure au redressement des finances publiques et une attention quotidienne à l'amélioration de la qualité du service rendu aux citoyens. Des promesses destinées à faire contrepoids aux scandales sur le train de vie de l'état, révélés ces derniers jours.

Des mesures phares

La mesure la plus importante du dispositif est la suppression de 100.000 postes de fonctionnaires entre 2011 et 2013, afin d’atteindre un nombre égal de fonctionnaires à celui de 1990 dès la mi-2012. Une économie de 3 milliards d’euros. La grande majorité des suppressions d'emplois portent sur les fonctions support de l'Etat, qui seront mutualisées, et sur les missions "périphériques" comme les gardes statiques pour la police et la gendarmerie, a précisé François Baroin.

Les frais de fonctionnement de l’administration baisseront de 10% pour rapporter 2 milliards d’euros. Enfin, afin d’économiser 5 milliards d’euros, les dépenses d’intervention de l’Etat baisseront de 10% : ces aides économiques et sociales (emploi, logement…) représentent 66 milliards d’euros au total.

Des mesures anecdotiques

Certaines mesures sont cependant plus anecdotiques et très difficiles à chiffrer. Parmi ces mesures, les fanfares de la police et de la gendarmerie seront «rationalisées». Elles emploient aujourd’hui plus de 600 personnes. Ou encore l’instauration d’une culture de résultat qui sera inculquée aux fonctionnaires, via le versement de primes. Le gouvernement souhaite par ailleurs « améliorer la qualité des services rendus aux usagers », en assurant certains services en ligne (paiement des frais de santé ou demande d’une aide au logement…). Enfin, la lutte contre la fraude sociale et fiscale sera renforcée, grâce notamment au croisement de fichiers.

En revanche, d’autres mesures si elles ne sont pas anecdotiques relèvent plus du bon sens que d’une véritable rigueur. Notamment, la centralisation des achats de l’administration, afin d’économiser 700 millions d’euros. Ou encore la réduction de l’espace de travail des fonctionnaires « Chaque fonctionnaire disposera d’un espace de travail de 12 m2 contre 18 m2 actuellement», promet Bercy, qui veut réduire de 500 000 m2 les surfaces utilisées par l’Etat. A Paris, il ne sera plus loué non plus de bâtiment à un prix supérieur à 400 euros/m2. Enfin, l’informatique de l’Etat devrait être modernisée permettant ainsi de dégager 300 millions d’euros d’économies.

Faire oublier les gaspillages

Boutin, Blanc, Yade, Estrosi…. Autant de noms qui évoquent ces derniers temps les gaspillages, le train de vie luxueux de l’Etat. Ces scandales intervenus en pleine annonce des mesures de rigueur budgétaire ont fait grand bruit.

L’annonce des 150 mesures dans le cadre de la RGPP serait-elle destinée à tourner la page des écarts de comportement ? Pas pour l’opposition qui ne cesse de réclamer un effort supplémentaire de la part du gouvernement et du Président.

Jérome Cahuzac, président socialiste de la Commission des finances de l'Assemblée nationale, avait en effet déclaré : « revenir sur l'augmentation de 170% de son salaire (celui de Nicolas Sarkozy, ndlr) (...) aurait été plus convaincant ».

Dernièrement, le PS a vivement critiqué le choix du président de réaménager un nouvel avion pour une somme de 176 millions d’euros en pleine période de rigueur budgétaire….

Avec une dette prévue à 83,6% du PIB en 2010, le gouvernent a fait le choix de rentrer dans une phase de rigueur budgétaire. D’autres mesures devraient suivre… mais certainement pas celle d’annuler le réaménagement de l’A330-200 présidentiel.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. En savoir plus - CGU
OK