Questionsjuridiques
Questions juridiques

Besoin d'une réponse, ou d’une information juridique ? Le réseau Documentissime est là pour vous aider !

Posez votre question en quelques clics pour obtenir une réponse gratuite de Professionnels du Droit (Avocats, Huissiers, Notaires...)

Posez une question juridique
Notez cet article

Mauvaise nouvelle pour les victimes de Xynthia : augmentation de la zone noire

Publié par Documentissime le 21/04/2010 | Lu 5369 fois | 0 réaction

Dans la nuit du 27 au 28 février dernier, une partie de l'ouest de la France était dévastée par la tempête Xynthia. C'est aujourd'hui, jeudi 8 avril, plus d'un mois après la catastrophe naturelle, que les sinistrés vont savoir, lors de réunions publiques, si leur habitation doit être détruite ou non. Mercredi, le gouvernement annonçait que 1 393 logements devaient être rasés. Malheureusement, depuis, les estimations officielles ont été revues à la hausse et 1 500 seraient désormais menacées de destruction.

Xynthia a essentiellement touché les régions de l’ouest, notamment la Vendée et la Charente-Maritime. Ainsi, les habitations situées dans des zones d’extrême danger, dites « zones noires » devront être détruites. Ces zones devront donc retourner à l’état naturel.

En Vendée, 915 maisons seraient situées en « zone noire », dont 241 sur la commune de l’Aiguillon-sur-Mer et 674 à la-Faute-sur-Mer.

Les villes de La-Faute-sur-Mer et de l’Aiguillon-sur-Mer, les plus meurtries par la tempête, avaient d’ailleurs été classées, en août 2005, parmi les « communes à risque » de Vendée, notamment en raison du « risque d’inondations terrestres avec enjeu humain » et, pour la première commune, du « risque d’inondation maritime avec enjeu humain ».

L’Etat a promis, concernant les biens immobiliers qui seront détruits, de les racheter selon des procédures d’acquisition à l’amiable. Ainsi, d’après les propos de Jean-Louis Borloo, ministre de l'Ecologie, de l'Energie, du Développement durable et de la Mer, « toute personne qui est en zone noire, dans les communes sur lesquelles nous sommes d'accord, va pouvoir faire acquérir immédiatement, à l'amiable, par l'Etat ou un organisme public, le bien à la valeur des domaines d'avant les incidents ».

L’Etat s’est également engagé à faire bénéficier les personnes devant être relogées, à un accompagnement personnalisé.

En plus des zones noires, le gouvernement a établi une cartographie de « zones jaunes » qui sont exposées à des risques mais peuvent être protégées.

Ces zones devront faire l'objet d'un programme de protection sur la base de systèmes d'alerte et d'évacuation ou de protections techniques sur les bâtiments.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. En savoir plus - CGU
OK