Questionsjuridiques
Questions juridiques

Besoin d'une réponse, ou d’une information juridique ? Le réseau Documentissime est là pour vous aider !

Posez votre question en quelques clics pour obtenir une réponse gratuite de Professionnels du Droit (Avocats, Huissiers, Notaires...)

Posez une question juridique
Notez cet article

Logements étudiants : les marchands de listes bientôt sous l'oeil de la répression des fraudes

Publié par Julie TROUPEL le 11/10/2010 | Lu 6028 fois | 1 réaction

Aujourd'hui, le secrétaire d'Etat au logement, Monsieur Benoist Apparu, s'est exprimé sur le journal 20 minutes, au sujet des agences qui vendent aux étudiants en recherche de logements, des listes d'appartements disponibles à la location. Le secrétaire d'Etat au logement avait eu un entretien avec les syndicats étudiants, au cours duquel ces derniers avaient notamment dénoncé la pratique de la vente de ces listes, souvent peu fiables. En réponse, Monsieur Apparu se veut rassurant et pragmatique : d'abord mesurer le problème et agir ensuite.

La réponse des pouvoirs publics aux étudiants

Le secrétaire d’Etat au logement a entendu les revendications des étudiants au sujet des listes d’appartements à louer, mais les a-t-il comprises ?

Avant toute décision hâtive, Monsieur Apparu souhaite dans un premier temps mesurer le problème en menant une enquête auprès des étudiants.

Il appelle ainsi les étudiants à témoigner pour savoir combien parmi eux font appel aux listes et combien ils sont à considérer ces listes comme une arnaque.

Cette enquête doit être menée rapidement, le secrétaire d’Etat évoque un délai de 15 jours.

Par ailleurs, avant toute action, il convient également de mener une campagne de prévention : c’est la deuxième réponse apportée aux étudiants par le secrétaire d’Etat.

«Nous allons lancer une campagne d'information. Le but n'est pas d'interdire de faire appel à ces agences. Mais de prévenir les jeunes qu'il y a des risques. Et surtout de leur expliquer que l'achat d'une liste ne garantit pas l'attribution d'un logement. Il y a des précautions à prendre » explique Monsieur Apparu au journal 20 minutes.

Enfin, des contrôles vont être mis en place, par le biais de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes qui devraient être mandatée par le gouvernement ce mois ci, pour vérifier la légalité des listes.

La répression des fraudes, aura notamment pour mission de :

  • Contrôler le respect des obligations des professionnels vendant des listes d’appartements à louer
  • Vérifier l’exactitude et la régularité de ces listes (les appartements sont-ils réellement disponibles, les propriétaires sont-ils fiables, les normes propres au logement sont-elles respectées ? …)
  • Dissuader les professionnels de duper l’étudiant par le biais de ces listes

Les griefs de la confédération étudiante à l’égard des listes

Les étudiants, souvent en situation d’urgence pour trouver un logement, sont la cible préférée des professionnels du logement peu scrupuleux.

Pour séduire l’étudiant en recherche d’appartement, tous les moyens sont bons. Ainsi les agences immobilières ont eu l’idée de proposer aux jeunes, moyennant paiement, une liste d’appartements vacants.

L’offre est séduisante et coute moins cher que des frais d’agence, environ 150 à 400 euros donc pour une liste, censée être actualisée, sur les immeubles de la ville mis en location.

Toutefois, beaucoup d’étudiants se disent victimes de cette nouvelle offre. Selon eux, certains appartements apparaissant sur la liste ne seraient pas disponibles sur le marché de l’immobilier.

Une arnaque pour les étudiants qui paient immédiatement la liste d’appartements, avant même de sélectionner le logement, comme dans les agences immobilières classiques.

Le 2 octobre 2010, les étudiants ont donc organisé une action pour dénoncer les dérives de cette profession en assiégeant une agence parisienne en ligne de mire et en envoyant une lettre au ministre du logement.

Le journal le Parisien avait rapporté un propos de Monsieur Baki Youssoufou, président de la confédération étudiante, s’exprimant au sujet des listes de logements : « De plus en plus d’étudiants sont victimes de ce type d’arnaques dans les grandes villes. En un mois, on a déjà enregistré plus de 120 plaintes, contre une vingtaine l’année dernière. ».

Du côté des marchands de listes, ces derniers assurent vérifier en permanence la validité des offres qu’elles proposent. Néanmoins elles rappellent qu’elles ne garantissent pas l’installation effective dans un logement.

Gilles Couraudon, le cogérant d’Hestia, indique par exemple que 40% de ses clients ont trouvé un appartement grâce à leurs services.


Les derniers commentaires (1)
camara a écrit le 11/11/2010 à 10:15:37
Signaler un abus
Ma fille a été victime d'un "marchand de listes" le mois dernier, elle souhaiterait s'associer à un groupe en lutte contre ces pratiques et poursuivre l'agence. Vers quel organisme se tourner sans engager de nouveaux frais ?

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. En savoir plus - CGU
OK