Questionsjuridiques
Questions juridiques

Besoin d'une réponse, ou d’une information juridique ? Le réseau Documentissime est là pour vous aider !

Posez votre question en quelques clics pour obtenir une réponse gratuite de Professionnels du Droit (Avocats, Huissiers, Notaires...)

Posez une question juridique
Notez cet article

La réforme des retraites pourrait coûter cher à l'Assurance-Chômage !

Publié par Documentissime le 28/07/2010 | Lu 5798 fois | 0 réaction

Le report de l'âge permettant d'obtenir une retraite à taux plein pourrait coûter cher à l'Assurance-Chômage. En effet, selon une note technique de Pôle Emploi, datant déjà huit mois mais qui n'a jamais été rendue publique, si l'âge de la retraite à taux plein est relevé de deux années, cela empêcherait au moins 18 000 personnes par an de basculer du chômage à la retraite. Ainsi, le relèvement de l'âge de la retraite à taux plein de 65 à 67 ans pourrait coûter plus de 200 millions d'euros par an à l'Assurance-Chômage. Un impact non négligeable…

Une note technique passée inaperçue

 

Le 25 novembre 2009, Pole Emploi a rendu publique une note technique qui n’avait jamais été évoquée auparavant. Pourtant, les éléments qu’elle met en avant sont intéressants et méritent de faire l’objet d’une analyse… D’autant plus que cette note vise à mesurer l’impact qu’aurait le relèvement de deux ans de l’âge permettant d’obtenir une retraite à taux plein. Cette mesure, inscrite dans le projet de réforme des retraites, sera examinée par l’Assemblée Nationale dès le 7 septembre 2010.

 

Partant de l’hypothèse selon laquelle le relèvement de l’âge de la retraite à taux plein sera accompagné d'une augmentation identique de l'âge jusqu'auquel tout salarié qui perd son emploi autrement que par démission a le droit de percevoir une allocation de l'UNEDIC (association chargée de la gestion de l’Assurance-Chômage), la note technique réalisée par Pole Emploi révèle que le relèvement de l’âge de la retraite à taux plein de 65 à 67 ans pourrait coûter plus de 200 millions d’euros par an à l’Assurance-Chômage.

 

A titre d’exemple, si le changement de règle avait été effectif dès cette année, 9 500 chômeurs fêtant leur 65ème anniversaire en 2010 auraient été empêchés de partir à la retraite. Ainsi, Pole Emploi a estimé qu’en 2023, année à partir de laquelle il faudra avoir 67 ans pour obtenir la retraite à taux plein, le relèvement de l’âge de la retraite à taux plein de deux années coûterait 265 millions d'euros à l’UNEDIC.

 

 

Et ce n’est pas tout

 

L'estimation réalisée par Pôle Emploi se base sur l'exigence de 40 ans de cotisations pour bénéficier d'une retraite à taux plein, alors qu'à l’heure actuelle, on cotise pendant 40,5 années et qu’en 2012, on cotisera 41 années.

 

Par ailleurs, la note technique rendue par Pole Emploi ne prend pas en compte les conséquences du relèvement de l'âge minimal légal de départ à la retraite qui passera de 60 à 62 ans dès l’année prochaine.

 

Lorsqu’on sait à quel point le taux de chômage est élevé chez les séniors (55 – 60 ans), on peut aisément se rendre compte de l’impact, en termes de coûts, qu’aura la réforme des retraites pour l’UNEDIC…


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. En savoir plus - CGU
OK