Questionsjuridiques
Questions juridiques

Besoin d'une réponse, ou d’une information juridique ? Le réseau Documentissime est là pour vous aider !

Posez votre question en quelques clics pour obtenir une réponse gratuite de Professionnels du Droit (Avocats, Huissiers, Notaires...)

Posez une question juridique
Notez cet article

Jean Marie Messier : une relaxe à l'horizon ?

Publié par Documentissime le 25/06/2010 | Lu 5525 fois | 0 réaction

Jean-Marie Messier était entendu devant le Tribunal correctionnel de Paris depuis le 2 juin dernier. Poursuivi pour "diffusion d'informations fausses ou trompeuses" sur la santé financière du groupe, "abus de bien social" en lien avec son parachute doré et "manipulation de cours" de l'action Vivendi, Jean-Marie Messier est en voie d'être relaxé dans la mesure où le parquet n'a pas requis de condamnation. Le Tribunal rendra son jugement le 19 novembre prochain.

Jean-Marie Messier a semble-t-il su convaincre son auditoire. « L'affaire Vivendi n'est pas une affaire Enron, les comptes n'étaient pas truqués, ce n'est pas une fraude généralisée orchestrée par M. Messier » a indiqué le procureur Chantal de Leiris. La relaxe n’est que la conséquence d’un « raisonnement juridique » selon cette dernière pour qui « l’intention délictueuse (n’est) pas prouvée ». Des réquisitions sans surprise : en effet, en 2009, à l'issue de l'instruction, un non-lieu avait déjà été requis.

En 2001, l'empire Vivendi Universal, alors dirigé par Jean Marie Messier était au bord du gouffre. Mais, trompés par une communication euphorique sur la situation de la société, de nombreux petits actionnaires avaient investis dans ses titres. En juillet 2002, le montant de la dette de Vivendi, qui s’élevait alors à 35 milliards d’euros, a été rendu publique. Environ 300 particuliers ont alors réclamé une indemnisation à la justice française.

Pour ces faits, Jean-Marie Meissier pourrait écoper de cinq années de prison et une amende pouvant aller jusqu'à 375 000 euros. Une sanction qui s’éloigne désormais pour l’intéressé suite aux réquisitions du procureur, déjà fort d’avoir remporté un procès similaire, à la fin 2009, à New York. Le procès a été mis en délibéré au 19 novembre 2010.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. En savoir plus - CGU
OK