Questionsjuridiques
Questions juridiques

Besoin d'une réponse, ou d’une information juridique ? Le réseau Documentissime est là pour vous aider !

Posez votre question en quelques clics pour obtenir une réponse gratuite de Professionnels du Droit (Avocats, Huissiers, Notaires...)

Posez une question juridique
Notez cet article

Grève des raffineries : Entre pénurie et augmentation des prix de l'essence

Publié par Documentissime le 21/10/2010 | Lu 6934 fois | 0 réaction

Quand les raffineries se mettent en grève c'est tout le pays qui est à l'arrêt. Lorsque les employés des raffineries s'élèvent contre la réforme des retraites, la grève prend des allures de mutinerie ! Sur un fond de manifestations violentes, les automobilistes sont exaspérés et les stations-service à sec. Mardi 19 octobre 2010, le premier ministre avait annoncé « un plan d'acheminement des carburants » pour ravitailler les pompistes. Hier, le Président de la République a ordonné en conseil des ministres le déblocage immédiat de la totalité des dépôts de carburants. Le journal 60 millions de consommateurs a quant à lui donné des pistes à l'automobiliste pour faire face à cette situation…

La panne d’essence

Dix raffineries sur douze sont concernées par la grève !

Sur 12 311 stations-service implantées en France, 3 190 sont actuellement en rupture de stock et attendent d'être réapprovisionnées, 1 700 ne peuvent satisfaire tous les automobilistes, et plus d'un quart du réseau est en proie à des difficultés pour faire face à la demande des conducteurs mécontents.

Quand les stations-service sont en grève, les manifestations des salariés des dépôts de carburant qui bloquent l’accès aux cuves ne passent pas inaperçues et se déploient à vitesse grand V. «  Il y a une culture de solidarité entre raffineries », expliquait un syndicaliste lundi au journal les Echos. Ainsi, par solidarité envers les autres raffineries, le site Esso de Gravenchon (Seine-Maritime) s’est mis en grève la semaine dernière pour la première fois.

Quant au premier exploitant français, à savoir le site Total, 1000 de ses 4 300 stations-service sont en rupture de stock.

En Ile-de-France, selon l'Organisation des transporteurs routiers européens, « un nombre croissant d'entreprises ne peut plus faire circuler leur flotte en totalité, faute de carburant ».

Devant les pompes, les files d'attente des automobilistes s'allongent…

L’action des pouvoirs publics

Face à la pénurie d’essence, le gouvernement se veut efficace et rassurant : « il n’y aura pas de pénurie d’essence à la pompe. Nous avons ce qu’il faut pour au moins un mois,  à condition que les automobilistes ne fassent pas d’achats de précaution... » a indiqué le secrétaire d’Etat aux transports.

Il est vrai, que dans la panique générale, les automobilistes ont pris leur précaution en se constituant une réserve de carburant, la consommation d’essence ayant en conséquence bondit de 50% cette semaine.

Le gouvernement a annoncé aujourd’hui qu’il entendait débloquer  les stocks de réserve.

En faisant droit à la volonté de la Fédération nationale des transporteurs routiers, il a donné son feu vert à l’ouverture des stocks de réserve et à l’importation de carburant.

Le gouvernement a également autorisé les camions de 44 tonnes à transporter des hydrocarbures et à rouler le dimanche (contre 40 tonnes en temps normal).

Toutefois, selon l’Union française des industries pétrolières, les stocks de réserve correspondraient seulement à 11 jours de consommation en France, et il serait plus utile de puiser dans les stocks stratégiques. Mais les pouvoirs publics sont fermement opposés à puiser dans ces stocks, qui sont en principe réservés aux gros coups durs.

Par ailleurs, hier Nicolas Sarkozy a ordonné de façon péremptoire le déblocage de tous les dépôts de carburant et promet aux français la fin de la grève des raffineries d’ici mercredi prochain.

Jean-Louis Borloo, a affirmé que le gouvernement était «déterminé à rétablir une distribution normale des carburants ».

Quelques pistes à suivre pour les automobilistes

L’Organisation des transporteurs routiers européens s’était insurgée contre les augmentations de prix du carburant de 15 à 20% selon les régions, mais les pompistes ont-ils vraiment le droit de profiter de la grève pour gonfler leurs prix ?

Malheureusement, le journal 60 millions de consommateurs apporte une réponse positive à cette question et indique que le principe est celui de la liberté des prix et que la répression des fraudes n’a aucun moyen de sanctionner une station-service, pour augmentation abusive des prix de l’essence.  

Seules les règles de la concurrence joueraient en obligeant les pompistes à :

  • s’entendre avec ses concurrents pour augmenter ses prix ;
  • afficher clairement le prix en cours.

Le site officiel : www.prix-carburants.gouv.fr est un indicateur utile pour l’automobiliste des prix pratiqués à la pompe, selon Christine Lagarde, les conducteurs peuvent signaler eux-mêmes, à la répression des fraudes, le non respect des prix par les stations-service.

Par ailleurs, il est important de noter qu’une station-service est en droit de tenir compte des directives de la préfecture pour réservant le carburant à certains services, notamment les :

  • pompiers,
  • ambulances,
  • médecins,
  • services de police,
  • gendarmes

Elle est donc en droit, conformément à ses contrats contenant une clause de priorité de ravitaillement sur les automobilistes, de privilégier certains clients.

Toutefois, aux termes de l’article L. 122-1 du code de la consommation, elle ne peut pas refuser de ravitailler un automobiliste, sauf motif légitime (par exemple pour assurer la priorité de l’un des services ci-dessus).


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. En savoir plus - CGU
OK