Questionsjuridiques
Questions juridiques

Besoin d'une réponse, ou d’une information juridique ? Le réseau Documentissime est là pour vous aider !

Posez votre question en quelques clics pour obtenir une réponse gratuite de Professionnels du Droit (Avocats, Huissiers, Notaires...)

Posez une question juridique
Notez cet article

Fouilles en CM2 : les nouvelles méthodes pédagogiques de la gendarmerie

Publié par Documentissime le 19/05/2010 | Lu 6277 fois | 0 réaction

Dans la Sarthe, une classe de CM2 s'est récemment retrouvée au coeur d'une enquête policière. En effet, le vendredi 7 mai 2010 au matin, une cagnotte de 250 euros a été dérobée dans leur salle de classe. Le jour du vol, le corps enseignant a effectué une palpation des élèves et fouillé leurs cartables et casiers, sur les conseils de la gendarmerie… sans succès. Pourtant, jusqu'à ce que l'on sache clairement que le voleur était un adulte, les gendarmes ont tenté d'intimider les enfants pour que l'un d'eux se dénonce. Une méthode un peu radicale au vu des délinquants potentiels, non ?

Dès le lundi suivant le vol, les gendarmes de la Sarthe se sont rendus sur les lieux pour annoncer aux enfants qu’une plainte avait été déposée et qu’elle ne serait retirée que « si la somme complète était rapportée avant la fin de la semaine ». Ils les ont prévenus qu’à défaut, ils prendraient leurs empreintes digitales dès le lundi 17 mai.

 

Les élèves de la classe de CM2 ont cependant été mis hors de cause par la gendarmerie car l’empreinte relevée sur la boîte qui contenait la cagnotte s’avérait être celle d’un adulte. Si le but recherché par gendarmes en intimidant les 26 élèves de cette classe de CM2 était que l’un d’eux se dénonce ou pousse le coupable à se dénoncer, cela n’a pas eu l’effet souhaité puisque le voleur ne se trouvait pas parmi eux. L’empreinte relevée a donc été envoyée au fichier national des empreintes digitales afin de résoudre l’énigme du vol.

 

Suite à l’émoi provoqué par cette affaire, la direction de l’école a organisé une réunion le lundi soir avec les parents, en présence des gendarmes pour leur « expliquer le déroulement d'une enquête » et « dédramatiser l'affaire », ont indiqué les gendarmes.

 

Interrogé par Ouest France, Emmanuel Roy, inspecteur d’académie de la Sarthe, a déclaré que « La recherche de la vérité, ça reste une valeur qu'on peut travailler à l'école ». Face à la colère des parents, l’inspecteur académique explique, sans remords, l’intervention : « Les empreintes, ça ne fait pas mal. Et si ça ne correspond pas, elles sont détruites, il n'y a aucun fichage, aucun enregistrement (...). On est aussi dans de l'éducation civique. Les gendarmes font leur enquête, les enfants peuvent comprendre que la société ne laisse pas un vol impuni et recherche le coupable ».

 

De même pour le commandant Julien : « ce qui rend l'affaire complexe, c'est d'avoir affaire à des enfants. On a essayé de limiter le traumatisme ».

 

S’il est vrai que l’éducation d’un enfant doit passer par l’apprentissage des principes de base de la société dans laquelle il vit, dont le fait de ne pas voler fait partie, l’intimidation que les gendarmes ont fait subir aux enfants de cette école était-elle réellement indispensable pour qu’ils retiennent la leçon ?

 

Palper des élèves et fouiller leurs casiers et cartables peut déjà paraître contestable, mais envisager de prendre leurs empreintes, suite au vol de la somme de 250 euros, peut sembler totalement démesuré.

Sans compter le traumatisme que certains d’entre eux ont pu subir lors de l’intervention de la gendarmerie, d’où les pleurs de certains élèves pendant la palpation. Pas très pédagogique comme méthode…

 

Si l’intimidation peut parfois paraitre justifiée de la part des enseignants pour se faire respecter, la mobilisation et l’intervention de la force publique dans une classe de primaire, pour le vol d’une cagnotte d’un montant somme toute peu élevé, soulève des interrogations, notamment au regard de la présomption d’innocence… Alors tous coupables ?


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. En savoir plus - CGU
OK