Questionsjuridiques
Questions juridiques

Besoin d'une réponse, ou d’une information juridique ? Le réseau Documentissime est là pour vous aider !

Posez votre question en quelques clics pour obtenir une réponse gratuite de Professionnels du Droit (Avocats, Huissiers, Notaires...)

Posez une question juridique
Notez cet article

L'indemnisation du vol de véhicule sans effraction

Publié par Christine CERVERA-KHELIFI le 05/07/2011 - Dans le thème :

Assurance

| Lu 21894 fois |
13 réactions

L'indemnisation du vol de véhicule sans effraction

La garantie vol couvre la disparition du véhicule ainsi que sa détérioration consécutive à un vol ou à une tentative de vol.


La mise en jeu de cette assurance est subordonnée à la démonstration par l'assuré :
- que le véhicule a été soustrait frauduleusement ou que l'on a tenté de le faire ;
- que des accessoires ont été dérobés sans le véhicule, soit à l'intérieur de celui-ci, soit à l'extérieur (Cass. 1re civ., 25 oct. 1989 : Resp. civ. et assur. 1989, no 430, vol des roues du véhicule stationné sur la voie publique, sans qu'il y ait eu effraction) ;

- que le véhicule a été fracturé pour y dérober des objets.

Certains vols sont par définition impossibles à prouver (c'est le cas notamment des véhicules volés que l'on ne retrouve jamais).

Dans ce cas, la Cour de cassation a estimé que la seule déclaration de l'assuré à l'assureur est suffisante si, par ailleurs, aucun élément matériel ou témoignage ne peut faire douter de la réalité du vol (Civ. 1re 10.6.1992 RGAT 1992, n° 3, p. 619).

Par contre si le véhicule est retrouvé, la charge de la démonstration repose sur l'assuré.

Attention ! Chaque contrat d'assurance peut prévoir des conditions particulières quant à l'étendue de la garantie et aux les modalités de remboursement.

Il est indispensable de relire attentivement les clauses du contrat.


Le cas particulier des véhicules retrouvés sans trace d'effraction
Après plusieurs revirements, la Cour de cassation a finalement reconnu la validité des clauses de vol avec effraction (Cass. Civ 2, 13 octobre 2005 n°04-13048). La Cour de cassation considère que le vol avec effraction constitue la définition de la garantie. En présence d'une telle clause (si l'assureur met en doute la matérialité du vol), il reviendra donc à l'assuré de prouver en effet selon l'article 1315 du code civil, c'est à l'assuré qui revendique l'exécution d'une obligation d'apporter la preuve de la réunion des conditions de mise en oeuvre de cette garantie. Il s'agira donc pour l'assuré de prouver que le vol a bien eu lieu avec effraction, sauf si le véhicule n'a pas été retrouvé.

1.    Il appartient à l'assuré de prouver l'existence du vol :

La preuve du sinistre peut être apportée par tout moyen. Ainsi, les tribunaux estiment que le vol peut résulter de simples présomptions graves, précises et concordantes, c'est à dire d'un ensemble de circonstances qui rendent le vol vraisemblable. (civ.1, 12 avril 1948 - GP 48 I,265). Les voleurs font preuve de plus en plus d'ingéniosité et de malice pour arriver à leurs fins. Ainsi, on a vu des véhicules enlevés par des camions à plateau, des systèmes de verrouillage centralisé neutralisés par des boîtiers électroniques inventés par certains voleurs. Les témoignages, et les recoupements de cas similaires sur le secteur peuvent constituer des preuves intéressantes.

Si votre véhicule a été retrouvé sans que l'on puisse constater des traces d'effraction, n'hésitez pas à faire valoir à votre assureur par tous moyens (attestations de garagiste, contre-expertise…) que les vols sans trace d'effraction sont matériellement possibles.

La cour de cassation veille au respect de la liberté de la preuve. Ainsi, elle a censuré un arrêt d'appel qui a refusé de reconnaître le vol d'un véhicule en raison de clauses détaillant les circonstances pour que le vol soit constitué. Selon les clauses du contrat, l'assuré devait

prouver d'une part des détériorations liées à une pénétration dans l'habitacle par effraction, d'autre part le forcement de la direction ou de son antivol et enfin la modification des branchements électriques ayant permis le démarrage du véhicule. La cour casse l'arrêt et rappelle que la preuve du sinistre est libre et ne peut être limitée par le contrat. (Cour

de cassation, civile II, 10 mars 2004 n°03-10154)

Certains tribunaux ont ainsi condamné des assureurs à garantir le vol en relevant que l'absence de traces d'effraction ne prouve pas que le vol n'a pas été effectué par un spécialiste adroit (TI Colombes 21.9.1993 INC n° 2432, et TGI Versailles 8.11.1994 INC n° 3034).

Relevant que l'on peut faire démarrer un véhicule sans détériorer le faisceau électrique, ils estiment que le vol peut être avéré même en l'absence de traces d'effraction sur l'antivol (CA Toulouse, 3e ch., 1re sect., 25 févr. 1997, Axa c/ Herby : Jurispr. auto no 673, mai 1997, p. 248).

De même, la Cour de cassation a estimé que le fait de voler par effraction dans un local les clés d'un véhicule puis de les utiliser pour dérober ce véhicule équivaut à l'effraction du véhicule lui-même (condition exigée par le contrat) (Civ.1re 16.5.1995 l'Argus , 9.6.1995).

Toutefois les contrats qui donnent une définition claire et précise de la notion de vol sont rares. Par un arrêt de principe, la Cour de cassation a fixé une limite aux conditions que peut exiger l'assureur pour qu'une victime d'un vol soit indemnisée. Elle rappelle que la clause d'un contrat qui prive l'assuré du bénéfice de la garantie des risques de vol en considération de circonstances particulières de réalisation du risque s'analyse en une clause d'exclusion de garantie. (Cass. Civ I, 26 novembre 1996 n°94-16058). Or il incombe à l'assureur qui invoque une clause d'exclusion, de démontrer la réunion des faits propres à cette exclusion.

2.    La valeur probante des déclarations faites à la police ou à la gendarmerie

1.    La plainte suffit à établir la vraisemblance d'un sinistre

Lorsqu'ils sont victimes d'un acte délictueux (vol, accident avec délit de fuite, incendie, blessure par imprudence, etc.), les assurés se rendent spontanément au commissariat de police ou à la brigade de gendarmerie pour déposer une plainte qui sera transmise au parquet sans que pratiquement aucune enquête, même succincte, ne soit ouverte, surtout dans les cas de vols de voitures. Un récépissé de cette plainte leur est remis qui est transmis à la société d'assurance à l'appui de la demande d'indemnisation.
Il est généralement admis que ce document établit la vraisemblance du sinistre dont l'assuré se prétend la victime :
¾ « l'existence du sinistre est affirmée par l'assuré qui produit la déclaration de vol et un procès-verbal de restitution du véhicule découvert totalement incendié le jour même » (CA Grenoble, 4 sept. 1989 : Doc. ALFA, Véhicules volés et retrouvés sans traces d'effraction, JP 1) ;
- « le vol est établi par la déclaration à l'assureur et le procès-verbal dressé par le commissaire de police » (CA Montpellier, 29 janv. 1986 : ibid JP 3).

2.    La valeur relative de ces déclarations en tant que preuves

Cet élément de preuve fourni par l'assuré peut néanmoins être combattu par l'assureur si celui-ci réussit à prouver de son côté un ou plusieurs faits laissant présumer que le délit dénoncé aux services publics est imaginaire ou simulé, ou bien que les conditions de date, de lieu, de survenance ne sont pas conformes à la réalité.

a)    - La jurisprudence des tribunaux

En fonction de leur appréciation souveraine de la valeur des éléments de preuve apportés, des cours d'appel ont jugé que :
- « la simple déclaration aux services de police ne suffit pas à établir l'existence du vol » (CA Paris, 2 mars 1990 : Doc. ALFA, Véhicules volés et retrouvés sans traces d'effraction, JP 17) ;
- « le fait que les gendarmes intervenus quelque quarante minutes après l'accident aient enregistré sans discussion les déclarations de l'assuré ne saurait constituer la preuve requise » (CA Besançon, 12 févr. 1993 : Bull. AF 17, JP 28) ;
- l'assuré à qui incombe la preuve de la matérialité du vol dont il prétend avoir été la victime, ou tout au moins d'en démontrer la vraisemblance, ne satisfait pas à cette obligation s'il verse seulement à l'appui de ses prétentions le procès-verbal de plainte (TGI Nice, 4e ch. civ., 30 avr. 2001, no 4721/02, Ascencio c/ Azur Assurances).

- La Cour d'Appel de Paris a jugé que recevoir des coups n'est pas suffisant …encore faut-il qu'ils soient donnés avant le vol ! Ainsi, un conducteur se fait dérober son véhicule alors qu'il a laissé les portières déverrouillées et la clé dans le neiman, le temps d'ouvrir son portail. Deux individus pénètrent dans le véhicule pour s'en emparer. Il tente de s'opposer au vol et des coups sont échangés.
La Cour a considéré que l'assureur était fondé à refuser la prise en charge du sinistre au motif que la police exclut « les vols survenus lorsque les clés ont été laissées sur ou à l'intérieur du véhicule » . En effet, les violences n'ont pas été perpétuées dans le but de commettre le vol puisqu'elles sont postérieures à celui-ci ; le vol a bien eu lieu dans des circonstances exclues du contrat. (CA Paris, 7e ch., sect. A, 11 févr. 2003, AGF IARD c/ Bouquiaux)

b)    - La jurisprudence de la Cour de cassation


La première chambre civile de la Cour de cassation a confirmé à plusieurs reprises cette jurisprudence :
- « la cour d'appel, après avoir relevé que le dispositif bloquant la direction était intact lorsque le véhicule a été retrouvé a, dans l'exercice de son pouvoir souverain d'appréciation, écarté la preuve du vol allégué » (Cass. 1 re civ., 5 juill. 1989 : Doc. ALFA, Véhicules volés et retrouvés sans traces d'effraction, JP 12) ;
- « la déclaration de sinistre et la plainte ne sauraient constituer la preuve du vol par indices ou présomptions suffisamment précis et concordants, ni renverser la charge de la preuve (...). L'assureur n'a pas la charge de démontrer qu'il n'y a pas eu en réalité vol » (¨ Cass. 1re civ., 25 mars 1991, no 89-21.608, no 540 D, Marciano c/ Préservatrice foncière : Bull. AF 12, JP 43) ;
- « l'assuré qui a déposé plainte, mais n'a pas obtenu de résultats, n'a pas rapporté la preuve matérielle qui lui incombait du vol de son véhicule » (¨ Cass. 1re civ., 18 juin 1991, no 90-10.014, no 974 D, Castinel et a. c/ Macif et a. : Bull. AF 12, JP 44).

Maître Christine CERVERA-KHELIFI, Avocat au barreau PARIS


Les derniers commentaires (13)
sonia a écrit le 06/07/2012 à 18:32:41
Signaler un abus
si vous plais je suis de nationalite portuguaise je ne connais pas la loi d'içi car je me suis fait volais une voiture. Je porte plainte tous comme doit etre fait et mantenain mon assurance me dit que il y a pas de infraction et me demande de leur rembourse l'argent quil mon verse que je doit faire ? aides moisi vous plais merçi d'avançe
evy6410 a écrit le 27/07/2012 à 14:47:04
Signaler un abus
Ma fille s'est fait voler son véhicule fermé à clé dans le parking sous-terrain de sa résidence avec tout ce qu'il contenait. Une vitre a été cassée. D'autres voitures ont été fracturées et vidées ainsi qu'un scooter. Plainte a été déposée et le nécessaire fait auprès de la MAIF. Le montant des franchises est de 530 €. Le véhicule a été retrouvé les 4 pneus crevés (dont 2 étaient neufs), entièrement vidé mais le neiman n'a pas été cassé. L'expert a bloqué le dossier estimant que le véhicule n'avait pas été volé. Nous avons essayé en vain d'expliquer à la MAIF, au garagiste (qui estimait que changer 4 pneus et 1a vitre arrière se montait à 800 € ce qui nous semblait cher) qu'il s'agissait bien d'un vol, on nous a répondu que le dossier passait en commission d'encadrement. En désespoir de cause, étant donné les délais, nous avons décidé de prendre les réparations à notre charge. Que peut décider la commission d'encadrement ? Peut-elle décider de radier notre fille ? Si oui une autre assurance acceptera-t-elle de l'assurer ? Nous avons été choqués d'entendre "Vous avez crevé les pneus et vous avez fait tracter le véhicule et avez cassé la vitre". Quelqu'un a-t-il été dans ce cas ? Si oui, comment avez-vous procédé ? Merci de votre réponse.
choupi a écrit le 30/07/2012 à 14:07:39
Signaler un abus
Ma fille s'est fait volé son véhicule à Paris, après avoir chercher plusieurs heures aux alentours du lieu de stationnement elle est allée porter plainte auprès de la police. Son assurance l'a remboursé, comme le dit le contrat, dans un peu plus de trente jours. Elle donc remis,les clefs, la carte grise avec inscrit dessus "vendue à ..... le ..., les papiers relatifs au véhicule. Plus de trois mois après la voiture a été retrouvée, non loin du lieu du vol. L'assurance a demandé le remboursement du véhicule. Maintenant elle est convoquée au tribunal au mois de janvier afin de payer une somme astronomique. Quels sont les recours ? Merci de m'avoir lu.
alain31 a écrit le 24/08/2012 à 12:06:26
Signaler un abus
Je me suis fait voler ma Laguna,stationnée dans la cour de ma maison.Le voleur s'est introduit,sans bruit,chez moi,alors que j'étais présent et a trouvé la carte de démarrage dans l'entrée.Mon assureur me rétorque que j'ai peu espoir d'être indemnisé.Dois-je lui faire un procés?
antonio a écrit le 30/08/2012 à 15:40:33
Signaler un abus
Mon père s'est fait volé sa voiture qui a été retrouvée mais irrécupérable du fait d'un accrochage avec une moto et une autre voiture. Ses papiers étant dans la boite à gants, la conducteur de l'autre voiture a pu le contacter ; il a cependant affirmé que le conducteur était un homme d'origine arabe. Nous avons donc un témoignage que le vol n'est pas imaginaire ou simulé comme on le lit dans vos études. Il avaitun trousseau de clefs chez lui et un sur lui. Sa voiture est réputée ne pas pouvoir démarrer sans cléf...

Il a été déposé plainte au commissariat. Son assureur ne veut pas l'indemniser. Quel recours. merci
ledeaut a écrit le 04/10/2012 à 12:27:01
Signaler un abus
je me suis voler mon vehicule le 10 juillet 2012 devant chez moi.Il fut retrouvé quelques jours apres dans la Loire.Mais apres expertise il s avere qu il n y aurait pas eu de traces d effraction.Hier le 3 Octobre 2010 apres presque 3 mois de bataille avec mon assurance "Aréas3 pour ne pas les siter m annonce qu ils ne prennent pas le vol en consideration!!! Je ne sais pas comment faire c etais mon seul vehicule je suis papa de 2 enfants et sans voiture maintenant et dans l impossibilite de pouvoir en racheter une!
Vers qui dois je me retourner ? Que dois je faire? je suis impuissant!!!
merci de vos reponses
isa a écrit le 15/10/2012 à 23:15:17
Signaler un abus
Je me suis fait volé mon véhicule il y a environ 5 ans. L'assureur n'a pas vculu prendre en charge le remboursement de ce véhicule de moins de 6 mois en pretextant qu'il n'y avait pas de traces d'effraction. J'ai donc fait appel à un avocat pour me défendre et après appel le tribunal a pris position en faveur de l'assureur disant qu'effectivement je n'avais pas de preuve du vol. Pourtant j'ai porté plainte le jour même, mon véhicule a été retrouvé brulé presque entièrement le soir même..j'ai donné les 2 exemplaires des clefs. que puis je faire de plus pour me faire rembourser et prouver mon innocence !je recherche un espoir .. Merci de vos réponses !
Annie83 a écrit le 02/02/2013 à 17:55:05
Signaler un abus
Ma voiture m'a été volée le 14 février 2012 ; j'ai fait la déclaration à la police , à l'assurance et j'ai été indemnisée 30 jours plus tard . Sans compter les désagréments engendrés et la franchise , j'ai dù remplacer mon véhicule ; comme je l'avais achetée neuve ,j'avais encore une partie du crédit à payer , j'ai racheté une voiture similaire d'occasion mais cela m'a couté 2500 Euros de plus que l'indemnisation J'ai dù faire changer les serrures de la maison et telecommandes (garage et portail) du trousseau resté dans la voiture, j'ai renvoyé les 2 clés, les papiers avant d'etre indemnisée.
HUIT mois plus tard le 30 octobre 2012 je vois mon véhicule garé dans une rue voisine de celle où on me l'a volée : j'ai averti la police et mon assurance, .
Quelle erreur de ma part !! L' honnéteté ne paie pas car l'assurance qui a récupéré ma voiture me réclame le remboursement de l'indemnité et va me rendre ma voiture , son expert ayant constaté qu'il n'y avait pas eu effraction.
Que dois-je faire ?
Il semble qu'ils m'accusent d'avoir fait une fausse déclaration et cela me rend malade . Quel intérêt aurais-je eu à faire une déclaration fausse alors que cela m'a déjà beaucoup coùté ?
Ils ont bien dù voir à la télévision comment s'y prennent les voleurs.
Je compte sur vous pour m'indiquer comment faire reconnaitre ma bonne foi.
D'avance merci.
jocelyne91 a écrit le 15/02/2013 à 23:06:24
Signaler un abus
je me suis fait voler le capot et le pare choc de ma voiture le 24 janvier 2013, , j'ai porté plainte au commissariat,ma voiture est au garage depuis ce jour, l'expert est passé, et étant donné qu'il n'y a aucune marque d'effraction, sa doit etre vu devant un expert conseil et peut etre que l'assurance ne prendrai pas la garantie des réparation en charge, je ne sais plus quoi faire, quel recours puis je avoir au cas ou il ne prenne pas en charge, je comte sur vous pour m'aider.
merci d'avance
nadia a écrit le 12/03/2013 à 19:53:31
Signaler un abus
bonsoir je me suis fait volé ma twingo le 5 janvier 2013 garé a l'enplacement de la mairie et depuis sa traine et maintenent l'éxpére et l'uissier on constaté qu'il n'y a pas défraction qoui faire la twnigo et retrouvé accidenté irécupérable 2001 peut de kilométre et en trés bonne état que faire j'atent une réponsse aidé moi s'il vous plai 25 ans assurance et c'est la 1er fois que sa marive cette situation mercie d'avance.
napalm02 a écrit le 26/05/2013 à 09:09:27
Signaler un abus
Un article si récent qui ne parle même pas de la jurisprudence de 2009 qui a reconnu l'existence d'un vol en l'absence d'effraction m'étonne un peu. D’ailleurs, la plupart des jurisprudences et décisions récentes s'accordent à reconnaitre un vol de véhicule sans effraction, en reconnaissant l'évolution des techniques électronique des malfrats. S'arrêter à des JP de 1990, où il n'existait aucun appareil électronique dans les véhicules au moment des faits... c'est ne pas aller au fond des choses.
aime a écrit le 16/07/2013 à 10:48:51
Signaler un abus
je me suis fait voler mon vehicule j avais cache une telecommande a l interieur mon assurance refuse de m indemniser existe t il une jurisprudence merci d avance
gribouille1 a écrit le 31/03/2014 à 10:13:37
Signaler un abus
Bonjour
j'ai perdu les clefs de mon véhicule sur le parking
le même soir sur le parking a côté de mon véhicule on a fracturé une twingo et volé à l'intérieur, les voleurs sont arrivés à côté de ma voiture ont essayé de casser la vitre côté conducteur et ils ont trouvé ensuite les clefs sur le parking l'assurance ne marche pas car je suis responsable d'avoir perdu mes clefs
que dois-je faire merci