Questionsjuridiques
Questions juridiques

Besoin d'une réponse, ou d’une information juridique ? Le réseau Documentissime est là pour vous aider !

Posez votre question en quelques clics pour obtenir une réponse gratuite de Professionnels du Droit (Avocats, Huissiers, Notaires...)

Posez une question juridique
Notez cet article

Affaire Bettencourt : Un scandale politique à l'horizon ?

Publié par Documentissime le 18/06/2010 | Lu 5489 fois | 0 réaction

L'affaire Liliane Bettencourt, héritière de l'empire L'Oréal et femme la plus riche de France, est une histoire des plus rocambolesques. A deux semaines de l'ouverture du procès, un nouvel élément est venu perturber hier, le cours de l'enquête. En effet, des enregistrements de conversations téléphoniques susceptibles de faire pencher la balance ont été transmis à la justice par Françoise Bettencourt, et mettraient en cause, d'après certaines sources, des personnalités politiques.

Un maître d’hôtel placé en garde à vue

 

Nous apprenions hier qu’un maître d’hôtel qui fût au service de la famille Bettencourt pendant 12 ans a été mis en gare à vue dans le cadre d'une enquête préliminaire pour « atteinte à la vie privée » ouverte par le parquet de Nanterre. Le maître d’hôtel a enregistré, de mai 2009 à mai 2010, au moyen d’un dictaphone placé dans une salle d’un hôtel particulier de la milliardaire 21 heures de conversations téléphoniques stockées sur 28 CD-ROM.

 

Le maître d’hôtel a alors transmis ces enregistrements afin de se venger du licenciement de plusieurs employés suite à leurs témoignages en faveur de la fille de l’héritière. Il se préservait ainsi d’être licencié à son tour. Alors en possession des CD-ROM, François Bettencourt les a remis à la justice en début de semaine avant d’être interrogée. Suite à cela, une enquête préliminaire pour atteinte à la vie privée a été confiée à la brigade financière et à la brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP).

 

 

Un scandale politique ?

 

Le Site Mediapart a révélé hier la teneur de ces enregistrements. Ces enregistrements font tout d’abord apparaître les fragilités psychologiques de la milliardaire. Notamment, ils révèlent notamment que François-Marie Banier s'est fait désigner par elle comme son "légataire universel" et qu'il est devenu propriétaire d'une île aux Seychelles, sous couvert d'une société-écran au Liechtenstein, par un montage que la vieille dame ignorait.

 

Mais surtout, le site Mediapart dévoile des "opérations financières destinées à échapper au fisc", des "relations avec le ministre Woerth et son épouse" (dont la femme a géré la fortune de la milliardaire jusqu’en 2010) et "des immixtions de l'Elysée dans la procédure judiciaire". Eric Woerth aurait permis à l'Institut Bettencourt d'obtenir un bâtiment de l'Hôtel de la Monnaie, où doit être construit un auditorium 'André Bettencourt', défunt mari de l’héritière. Liliane Bettencourt aurait à la demande de Patrice de Maistre, le gestionnaire de sa fortune, signé des autorisations de paiement à Valérie Pécresse, Eric Woerth et Nicolas Sarkozy. Eric Woerth a déclaré sur ces accusations : « «Je ne sais même pas de quoi il s’agit. », tout en reconnaissant « Il est possible qu’il y ait des dons des partis politiques à des moments donnés, c’est tout à fait possible». Les autres protagonistes de l’affaire ne se sont pas encore exprimés.

 

Une enquête pour abus de faiblesse

 

La plainte est déposée par Françoise Bettencourt le 19 décembre 2007. L’enquête révèle rapidement que la totalité des libéralités concédées à François-Marie Banier par l’héritière L’Oréal approche le milliard d’euros. Parmi ces donations figurent d'innombrables remises d'argent, des abandons de créances au profit des sociétés civiles immobilières, la « nue-propriété » de douze tableaux de maîtres, d'une valeur globale estimée à 20 millions d'euros, et des centaines d’autres biens.

 

Les témoignages recueillis lors de l’enquête ont également fait apparaître que les soupçons de Françoise Bettencourt n’étaient peut-être pas infondés. La comptable personnelle de la milliardaire a rapporté qu'au début de l'année 2003, celle-ci lui avait demandé de se rendre chez François-Marie Banier pour lui signifier « qu'elle ne voulait plus lui donner d'argent », alors qu’il est établi que les donations ont perduré ensuite. Une infirmière affirme, quant à elle, que pendant les 11 mois qu’elle a passés avec Mme Bettencourt, « [la milliardaire] a vécu sous l'emprise de M. Banier ». Les témoignages sont innombrables et laissent à penser que Liliane Bettencourt a effectivement été abusée.

 

Cependant, l’intéressée continue de nier et affirme avoir consenti ces donations, de son plein gré et en toute conscience, à son ami François-Marie Banier. Liliane Bettencourt soutient en effet encore aujourd’hui ne jamais avoir été sous l’emprise de l’artiste. Dans une lettre adressée au procureur Courroye le 30 janvier 2008, elle déclarait : « Tout ce que j'ai donné à François-Marie Banier l'a été par amitié et dans le prolongement d'opérations de mécénat, en toute connaissance de cause, devant un notaire qui a pu s'assurer de mes capacités ».

 

François-Marie Banier sera jugé du 1er au 6 juillet devant le tribunal correctionnel de Nanterre pour abus de faiblesse. Le soufflé est donc loin de retomber. D’autres révélations sont sans doute à prévoir.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. En savoir plus - CGU
OK